Colloque international : Vierges, épouses, mères. Les personnifications nationales à l’époque moderne

Ce colloque est organisé en partenariat avec l’Institut Historique Allemand, le Centre Allemand d’Histoire de l’Art, l’IEG Mainz et l’axe 7 du LabEx EHNE.

Il se déroulera les 29, 30 et 31 mars 2016 à l’Institut Historique Allemand.

Présentation du colloque et programme:
programme colloque

Documentaire « ZERO, le temps des utopies » – projection et table-ronde – 20 février 2015, Auditorium de l’INHA, Galerie Colbert

ZERO, le temps des utopies (2013)

Réalisé par Florence Macagno

Co-produit par Paris-Sorbonne et Les Films d’Ici

Dix ans après le film de Roberto Rosselini, Allemagne année zéro, deux jeunes artistes allemands, Heinz Mack et Otto Piene, tous deux formés à la Kunstakademie de Düsseldorf, lancent une revue qui s’intitule de façon programmatique : ZERO. ZERO, c’est donc d’abord le nom de la revue qu’ils publient, dont les deux premiers numéros paraissent en 1958 (date retenue pour la fondation du groupe). Le troisième numéro paraît en 1961, année durant laquelle ils sont rejoints par Günther Uecker. Mais ZERO, c’est bien plus que cela ; c’est une véritable plate-forme qui rassemble des artistes venus de toute l’Europe (France, Italie, Pays-Bas, etc) et même au-delà (Japon notamment), autour de thèmes fédérateurs tels le monochrome, la lumière, le mouvement. Le dessein dépasse toutefois largement les enjeux esthétiques d’une époque, ces artistes éprouvant, selon les mots de Mack, « un désir presque traumatique de recommencer à zéro, de poser les jalons discrets, calmes et purs d’un monde digne dans lequel le mouvement supplante l’immobilisme, la lumière l’obscurité, la beauté la laideur. » Comparable au compte à rebours du lancement d’une fusée, ZERO entend créer une atmosphère de concentration et de réflexion, pour gagner, de façon dynamique, des zones nouvelles et inconnues :

« Nous avons, dès le départ, compris ZERO comme un nom pour une zone de silence et de nouvelles possibilités, et non pas comme l’expression du nihilisme ou d’un gag dans l’esprit de Dada. Nous pensions au compte à rebours avant le départ d’une fusée – ZERO  est la zone incommensurable, dans laquelle une situation ancienne se transforme en une situation nouvelle et inconnue. »

Comme s’il avait fallu une décennie à l’Allemagne et à l’Europe pour se relever : à la chute d’Edmund dans Allemagne année zéro s’est substitué l’envol de la fusée ZERO.

En s’appuyant sur de très riches sources archivistiques et sur des interviews d’artistes et de spécialistes, le documentaire ZERO, le temps des utopies (2013, 52 minutes) réalisé par Florence Macagno, diplômée en Histoire de l’art contemporain à Paris-Sorbonne, et co-produit par Paris-Sorbonne et Les Films d’Ici, met en lumière les préoccupations de ZERO, le réseau international auquel il participe et le contexte historique dans lequel il s’inscrit.

fusée ZERO

Colloque « Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600) »

Ce colloque vise à interroger la place de l’artiste/artisan à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne dans divers contextes sociaux, en particulier à la ville et/ou à la cour, au sein des corporations et/ou dans l’hôtel du prince. Un certain nombre d’artistes ont répondu à des commandes dans ces deux sphères habituellement jugées distinctes, tels Jean Fouquet, Rogier van der Weyden, Albrecht Dürer, Hans Plock, Jacques Jordaens et Bernard van Orley, pour n’en nommer que quelques-uns. Certains artistes travaillant pour le prince ne détenaient qu’un titre honorifique et leur rattachement à la cour n’était qu’épisodique.

Aux yeux des organisateurs de ce colloque, le moment semble opportun de questionner l’hypothèse centrale du livre de Martin Warnke (Hofkünstler. Zur Vorgeschichte des modernen Künstlersautonomisation de la conscience artistique non dans le cadre corporatif de la ville, générateur de contraintes, artiste auprès du prince dès les XIIIe et XIVe siècles. Au regard des recherches menées depuis une trentaine d’années, est-il justifié, aujourd’hui, d’opposer de manière aussi tranchée le monde urbain et la cour, les deux terrains de prédilection du formidable développement artistique qui caractérise l’Europe occidentale durant cette longue période (1300-1600) ?

programme du colloque

colloque Le Passé dans la ville, INHA, 22-24 mai 2014 – programme

Depuis le XIXe siècle et l’émergence des concepts de monuments historiques et d’héritage, la présence du passé dans la ville a principalement été analysée sous l’angle de sa patrimonialisation, voire de son affrontement avec la modernité. Or, si l’empreinte de ce passé constitue par essence l’histoire de la fabrique des villes, l’étude du rapport direct des pouvoirs, des architectes et des habitants avec les monuments et les structures des époques antérieures permet d’explorer une autre facette de l’histoire urbaine : le passé comme source d’identité et de légitimation qui conduit à composer avec le substrat antérieur, qu’il soit matériel ou imaginaire.
C’est donc sur la longue durée, du Moyen Age à nos jours, qu’il faut envisager cette marque du passé, mais aussi sa manipulation par les générations ultérieures, soucieuses de perpétuer ou de détourner des usages et des spécificités de la topographie et la parure monumentale de la cité héritée du passé. Les phénomènes de remplois et de reconversions seront étudiés précisément avec l’objectif de mettre en évidence des tendances de fond du développement urbain dans la diachronie nourricière.
L’étude de l’impact des structures antérieures sur le développement urbain pourra s’appuyer sur des études de cas, tout en dépassant le cadre strict de la protection de monuments et de sites anciens. Car au-delà d’une réflexion sur les phénomènes de patrimonialisation, c’est bien le processus d’auto-représentation de la ville qui sera examiné.

fichier 02 verso livret programme vf

Atelier: L’européanisation comme objet et catégorie d’analyse dans les sciences historiques et sociales

Un atelier sur l’européanisation prendra place à l’Institut Historique Allemand les jeudi 10 et vendredi 11 avril. Ces deux journées de discussions et de débats sont organisées par l’IHA en coopération avec « Saisir l’Europe », le CIERA et le LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe », et avec le soutien financier de l’Université franco-allemande.

Olga Medvekova, chargée de recherche CNRS au Centre André Chastel et membre du comité de pilotage de l’axe 7 du Labex EHNE (responsable du suivi du projet de l’encyclopédie numérique), participera à l’atelier vendredi 11 lors de la session « Les circulations en Europe et leurs instruments » (11h15-13h), et parlera de la circulation des savoirs comme facteur d’européanisation.

workshop sur l’européanisation – programme

Critique d’art et Nationalisme: regards français sur l’art européen au XIXème siècle: Programme

 

critique d'art

Les 18 et 19 avril prochain prendre place la journée d’étude « Critique d’art et Nationalisme: regards français sur l’art européen au XIXème siècle », organisée par les doctorants du Centre Chastel Carole Rabiller et Jonathan Lévy, et Thierry Laugée, maître de conférences en histoire de l’art contemporaine. Je rappelle que cette journée est le résultat d’un appel lancé, dans le cadre de l’axe 7 du Labex EHNE, aux doctorants du Centre Chastel à proposer des thèmes de journées d’étude liés à la notice structurante de l’encyclopédie EHNE « la fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art ». En voici le programme:

18 avril 2014

14h-15h          Ouverture et introduction

I. Écrire et réécrire l’histoire de l’art au XIXe siècle.

Président de séance : Sébastien Allard, Conservateur en chef au département des Peintures (Musée du Louvre).

15h-15h30 – Anna Jolivet, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III: Histoire de la peinture vénitienne et montée des nationalismes français et italien dans le contexte européen de la fin du XIXe siècle.

15h30-16h – Emmanuel Faure, Université Paris VIII: La Condamnation de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture par les premiers historiens de l’art : une conséquence du rejet de l’art italien.

16h-16h30 – Oriane Marre, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Les Comptes-rendus d’expositions parisiennes publiés dans la presse politique de 1874 à 1905 comme espace d’expression du nationalisme en France

17h-17h30 – Jonathan Levy, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Lire et relire l’histoire des arts au tournant du XIXe siècle : le Danemark et la tentation de la réécriture.

17h30-18h – Aude Jeannerod, Université Jean Moulin, Lyon 3: Le Nord et le Sud de l’Europe dans la critique d’art de Thoré-Bürger et Huysmans.

18h-18h30 –. Brice Ameille, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Vieux maîtres étrangers et impressionnistes français : quand la critique française jette des ponts.

19 avril 2014

9h15-9h45    Accueil

II. Géopolitique de l’exposition.

Président de séance : Thierry Laugée, Maître de conférences, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

9h45-10h15 – Daniel Ortiz Prada, Universidad Complutense de Madrid: L’Architecture des Rois catholiques comme expression de la nation espagnole. Le Succès du pavillon d’Espagne à l’Exposition universelle de 1889.

10h15-10h45 – Jan Wijnsouw, GhentUniversity: Avec les sculpteurs belges, nous ne sortons pas de la France, Art critical exchange between Belgium and France.

10h45-11h15 – Laurent Cazes, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Artistes étrangers et écoles nationales. Dialectiques européennes dans la critique de Salon sous le Second Empire.

11h15-11h45 – Olivier Schuwer, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Genèse d’une Europe des Sécessions : la présence allemande, suisse et autrichienne dans les premiers Salons de la Société Nationale des Beaux-Arts (1889-1893).

III. Lecture nationaliste des genres, mouvements et styles.

Président de séance : Jérémie Cerman, Maître de conférences, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

14h-14h30 – Thierry Laugée, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Pourquoi n’y a-t-il pas eu de sculpture romantique en Angleterre.

14h30-15h – Carole Rabiller, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Réception française de la peinture religieuse britannique à l’Exposition universelle de 1855.

15h-15h30 – Michael Vottero, Docteur, Conservateur des monuments historiques, DRAC Bourgogne: La Peinture de genre aux Expositions universelles parisiennes, la fin des écoles nationales ?

16h15-16h45 – Fabienne Fravalo, Universités de Clermont-Ferrand et Neuchâtel: “Art moderne” versus “Modern Style” ou la définition comparée d’un Art nouveau français.

16h45-17h15 – Fanny Bacot, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Anti-nationalisme et universalité dans le discours fin-de-siècle.

17h30 – Conclusion  par Barthélémy Jobert, Professeur et Président de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

 

Le fonds de vues sur verre du lycée Colbert : un projet de valorisation pédagogique et scientifique lié au Labex EHNE

En mai dernier une enseignante du lycée Colbert, dans le Xe arrondissement de Paris, a découvert, oublié dans un placard poussiéreux, une quarantaine de boîtes en bois contenant des séries de vues photographiques sur plaques de verre, datant à vue d’œil de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, et destinées à la projection.

Ces vues sur verre, au nombre de presque 2000, ont pour sujet des paysages urbains et ruraux français, européens et d’ailleurs (monde colonial, Amériques, Japon…), ainsi que des habitants de différents pays et ensembles géographiques. Elles offrent un témoignage inédit sur le monde du début du XXème siècle tels qu’il était vu et – présenté au public – par des photographes français. Elles illustrent également le développement, à partir de la fin du XIXème siècle, de l’utilisation de projections en tant que matériel pédagogique d’enseignement, et le développement de l’instruction populaire et de l’enseignement postscolaire pour les adolescents et les adultes, par le biais de cours du soir et de conférences populaires qui prenaient place dans les écoles.

prague

« Prague, la nouvelle ville prise du belvédère » Radiguet&Massiot, n°33341, Fonds Colbert.

Le Labex EHNE et le lycée Colbert se sont associés pour étudier et valoriser ce fonds, avec en vue, notamment, l’utilisation de ces photographies pour illustrer des articles de l’encyclopédie numérique. Les post-doctorants du Labex ont réalisé un premier inventaire du fonds entre juin et septembre 2013. Depuis, l’ensemble du fonds a été photographié, pour pouvoir travailler à un inventaire analytique des photos, et ainsi dégager des thèmes en ligne avec les problématiques du Labex qui aideront à la mise en place de projets de valorisation scientifique et pédagogique du fonds.

Recherches documentaires sur l’origine du fonds

Parallèlement à ce travail des recherches documentaires ont débuté pour tenter d’identifier l’origine et les modalités d’utilisation de ces plaques. La première piste a été la consultation de deux catalogues du fonds Molteni, l’éditeur des photographies, dont l’entreprise  fut reprise en 1900 par les éditeurs Radiguet et Massiot. Les titres de quelques plaques ont été retrouvés dans le catalogue le plus récent conservé à la BnF (1896). La majorité des plaques sont donc postérieures à cette date.  Des contacts ont été établis dans un même temps avec Monsieur Patrice Guérin, collectionneur et passionné d’appareils de projections qui tient un site internet sur le sujet, ainsi que Christophe Granger, enseignant-chercheur de Paris I qui travaille sur l’histoire de l’éducation populaire. Tous deux ont souligné le caractère inédit du fonds.

Le lycée Colbert  (alors école municipale supérieure) est mentionné dans les Rapports sur l’éducation populaire 1896-1903 (Edouard Petit) préservés à la BnF, en connexion avec la « Société d’enseignement moderne », une société philanthropique qui organisait des cours du soir pour adultes dans des écoles parisiennes. La consultation prochaine d’une thèse écrite sur le fondateur de cette société, Léopold Bellan, offrira peut-être de nouveaux éléments quant à  aux circonstances de la constitution du fonds.

Le musée de l’éducation de Rouen

Le 11 décembre dernier, Delphine Diaz, Anne‐Julie Lafaye (post‐doctorantes des axes 6 et 7 du Labex) et Laurence Giordano, l’enseignante qui a découvert le fonds,  se sont rendues au Musée de l’éducation de Rouen pour vérifier les éventuelles correspondances entre les plaques du Fonds Colbert et celles conservées au Musée. Le musée possède en effet une collection de plus de 40000 plaques de verre.  Cette visite a permis de constater que les correspondances ne sont pas en nombre très important, ce qui renforce l’hypothèse du caractère inédit du Fonds. Cela semble confirmer également que le fonds s’est constitué indépendamment du Musée Pédagogique, où  à partir de la fin du XIXème siècle on avait commencé à constituer un fonds de vues sur verre (aujourd’hui conservées au Musée de l’éducation) qui étaient prêtées aux enseignants d’écoles primaires pour l’organisation de projections lumineuses.

Les ateliers-archives des élèves du lycée Colbert

En ce qui concerne la valorisation pédagogique du fonds, Laurence Giordano a organisé des ateliers-archives qui ont démarré au lycée Colbert en octobre, auxquels participent des élèves du lycée. Les élèves travaillent sous la supervision de professeurs d’histoire-géographie, de littérature et de physique-chimie. Trois post-doctorants du Labex ainsi que  Monsieur Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS et responsable de l’axe 6 du Labex, ont également animé une partie des séances. Les ateliers se déroulent autour de quatre thèmes : les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman et la représentation des femmes. Pour chaque thème  dix photos ont été choisies et analysées. Les élèves ont créé un blog pour présenter leur travaux,  illustré par les quarante plaques qu’ils avaient choisi, numérisées pour l’occasion par le Centre André Chastel. Une exposition au lycée Colbert est également prévue au printemps 2014.

ottoman femmes

« Smyrne, les quais », Radiguet&Massiot, n°21419, et « Hommes et femmes du Canada », Radiguet&Massiot, n° 19800, Fonds Colbert.

Valorisation scientifique et pédagogique du fonds Colbert

Le travail de recherche concernant les circonstances de la constitution du fonds Colbert et le contexte de son utilisation est directement lié à la volonté de valorisation scientifique et pédagogique du fonds, à travers notamment l’organisation d’expositions. Il a été décidé qu’un dossier serait déposé au conseil de l’Europe pour l’obtention des subventions nécessaires à la mise en place des différents projets, tels que la numérisation complète du fonds.  Le dossier sera monté au nom du Labex EHNE avec l’appui de l’Inspection générale de l’éducation nationale. Dans cette demande, la dimension pédagogique et de « transmission du savoir » du Fonds Colbert sera mise en valeur.

Ce travail en amont terminé, il sera possible de préparer un projet d’exposition, si possible itinérante. Plusieurs partenaires sont envisagés, tels que la Maison de l’Europe, le Musée Européen de la Photographie et le CNAM. Parallèlement, un groupe de travail composé de l’équipe du Labex et d’enseignants du secondaire (professeurs, IPR) sera constitué afin de réfléchir à l’exploitation pédagogique du fonds, telle que l’articulation avec les programmes scolaires et l’utilisation du matériel dans les classes.

Enfin, la valorisation du fonds passera aussi par sa présentation lors de manifestations scientifiques : Une communication proposée par Laurence Giordano et Anne-Julie Lafaye pour le colloque « L’Image en lumière : histoire, usages et enjeux de la projection » qui aura lieu à l’Université de Montréal les 22 et 23 mai prochain a été retenue.  Une autre proposition, soumise par Frédéric Clavert, chargé de communication du Labex, a été également retenue pour un autre colloque, intitulé « Patrimoine et Humanités numériques » qui prendra place à Grenoble du 10 au 12 juin prochain.

Appel à candidatures: Recrutement d’un post-doctorant, axe 7 du labex EHNE

Suite au départ prochain d’Anne-Julie Lafaye, le Centre André Chastel recrute un(e) post‐doctorant(e) qui sera chargé(e) de l’animation de l’axe 7 du projet : « Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen », dans le cadre du Labex EHNE.

Les candidats doivent être des docteurs extérieurs à l’université Paris-Sorbonne.

  •     Les candidatures sont à envoyer avant le 07 mars 2014 à :

– Alexandre Gady, directeur du centre Chastel: alexandre.gady@paris-sorbonne.fr

– Dany Sandron, responsable scientifique de l’axe 7: dany.sandron@paris-sorbonne.fr

  •     Pour en savoir plus,

Informations complètes, description du poste et résumé du projet