Le fonds de vues sur verre du lycée Colbert : un projet de valorisation pédagogique et scientifique lié au Labex EHNE

En mai dernier une enseignante du lycée Colbert, dans le Xe arrondissement de Paris, a découvert, oublié dans un placard poussiéreux, une quarantaine de boîtes en bois contenant des séries de vues photographiques sur plaques de verre, datant à vue d’œil de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, et destinées à la projection.

Ces vues sur verre, au nombre de presque 2000, ont pour sujet des paysages urbains et ruraux français, européens et d’ailleurs (monde colonial, Amériques, Japon…), ainsi que des habitants de différents pays et ensembles géographiques. Elles offrent un témoignage inédit sur le monde du début du XXème siècle tels qu’il était vu et – présenté au public – par des photographes français. Elles illustrent également le développement, à partir de la fin du XIXème siècle, de l’utilisation de projections en tant que matériel pédagogique d’enseignement, et le développement de l’instruction populaire et de l’enseignement postscolaire pour les adolescents et les adultes, par le biais de cours du soir et de conférences populaires qui prenaient place dans les écoles.

prague

« Prague, la nouvelle ville prise du belvédère » Radiguet&Massiot, n°33341, Fonds Colbert.

Le Labex EHNE et le lycée Colbert se sont associés pour étudier et valoriser ce fonds, avec en vue, notamment, l’utilisation de ces photographies pour illustrer des articles de l’encyclopédie numérique. Les post-doctorants du Labex ont réalisé un premier inventaire du fonds entre juin et septembre 2013. Depuis, l’ensemble du fonds a été photographié, pour pouvoir travailler à un inventaire analytique des photos, et ainsi dégager des thèmes en ligne avec les problématiques du Labex qui aideront à la mise en place de projets de valorisation scientifique et pédagogique du fonds.

Recherches documentaires sur l’origine du fonds

Parallèlement à ce travail des recherches documentaires ont débuté pour tenter d’identifier l’origine et les modalités d’utilisation de ces plaques. La première piste a été la consultation de deux catalogues du fonds Molteni, l’éditeur des photographies, dont l’entreprise  fut reprise en 1900 par les éditeurs Radiguet et Massiot. Les titres de quelques plaques ont été retrouvés dans le catalogue le plus récent conservé à la BnF (1896). La majorité des plaques sont donc postérieures à cette date.  Des contacts ont été établis dans un même temps avec Monsieur Patrice Guérin, collectionneur et passionné d’appareils de projections qui tient un site internet sur le sujet, ainsi que Christophe Granger, enseignant-chercheur de Paris I qui travaille sur l’histoire de l’éducation populaire. Tous deux ont souligné le caractère inédit du fonds.

Le lycée Colbert  (alors école municipale supérieure) est mentionné dans les Rapports sur l’éducation populaire 1896-1903 (Edouard Petit) préservés à la BnF, en connexion avec la « Société d’enseignement moderne », une société philanthropique qui organisait des cours du soir pour adultes dans des écoles parisiennes. La consultation prochaine d’une thèse écrite sur le fondateur de cette société, Léopold Bellan, offrira peut-être de nouveaux éléments quant à  aux circonstances de la constitution du fonds.

Le musée de l’éducation de Rouen

Le 11 décembre dernier, Delphine Diaz, Anne‐Julie Lafaye (post‐doctorantes des axes 6 et 7 du Labex) et Laurence Giordano, l’enseignante qui a découvert le fonds,  se sont rendues au Musée de l’éducation de Rouen pour vérifier les éventuelles correspondances entre les plaques du Fonds Colbert et celles conservées au Musée. Le musée possède en effet une collection de plus de 40000 plaques de verre.  Cette visite a permis de constater que les correspondances ne sont pas en nombre très important, ce qui renforce l’hypothèse du caractère inédit du Fonds. Cela semble confirmer également que le fonds s’est constitué indépendamment du Musée Pédagogique, où  à partir de la fin du XIXème siècle on avait commencé à constituer un fonds de vues sur verre (aujourd’hui conservées au Musée de l’éducation) qui étaient prêtées aux enseignants d’écoles primaires pour l’organisation de projections lumineuses.

Les ateliers-archives des élèves du lycée Colbert

En ce qui concerne la valorisation pédagogique du fonds, Laurence Giordano a organisé des ateliers-archives qui ont démarré au lycée Colbert en octobre, auxquels participent des élèves du lycée. Les élèves travaillent sous la supervision de professeurs d’histoire-géographie, de littérature et de physique-chimie. Trois post-doctorants du Labex ainsi que  Monsieur Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS et responsable de l’axe 6 du Labex, ont également animé une partie des séances. Les ateliers se déroulent autour de quatre thèmes : les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman et la représentation des femmes. Pour chaque thème  dix photos ont été choisies et analysées. Les élèves ont créé un blog pour présenter leur travaux,  illustré par les quarante plaques qu’ils avaient choisi, numérisées pour l’occasion par le Centre André Chastel. Une exposition au lycée Colbert est également prévue au printemps 2014.

ottoman femmes

« Smyrne, les quais », Radiguet&Massiot, n°21419, et « Hommes et femmes du Canada », Radiguet&Massiot, n° 19800, Fonds Colbert.

Valorisation scientifique et pédagogique du fonds Colbert

Le travail de recherche concernant les circonstances de la constitution du fonds Colbert et le contexte de son utilisation est directement lié à la volonté de valorisation scientifique et pédagogique du fonds, à travers notamment l’organisation d’expositions. Il a été décidé qu’un dossier serait déposé au conseil de l’Europe pour l’obtention des subventions nécessaires à la mise en place des différents projets, tels que la numérisation complète du fonds.  Le dossier sera monté au nom du Labex EHNE avec l’appui de l’Inspection générale de l’éducation nationale. Dans cette demande, la dimension pédagogique et de « transmission du savoir » du Fonds Colbert sera mise en valeur.

Ce travail en amont terminé, il sera possible de préparer un projet d’exposition, si possible itinérante. Plusieurs partenaires sont envisagés, tels que la Maison de l’Europe, le Musée Européen de la Photographie et le CNAM. Parallèlement, un groupe de travail composé de l’équipe du Labex et d’enseignants du secondaire (professeurs, IPR) sera constitué afin de réfléchir à l’exploitation pédagogique du fonds, telle que l’articulation avec les programmes scolaires et l’utilisation du matériel dans les classes.

Enfin, la valorisation du fonds passera aussi par sa présentation lors de manifestations scientifiques : Une communication proposée par Laurence Giordano et Anne-Julie Lafaye pour le colloque « L’Image en lumière : histoire, usages et enjeux de la projection » qui aura lieu à l’Université de Montréal les 22 et 23 mai prochain a été retenue.  Une autre proposition, soumise par Frédéric Clavert, chargé de communication du Labex, a été également retenue pour un autre colloque, intitulé « Patrimoine et Humanités numériques » qui prendra place à Grenoble du 10 au 12 juin prochain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *