colloque Le Passé dans la ville, INHA, 22-24 mai 2014 – programme

Depuis le XIXe siècle et l’émergence des concepts de monuments historiques et d’héritage, la présence du passé dans la ville a principalement été analysée sous l’angle de sa patrimonialisation, voire de son affrontement avec la modernité. Or, si l’empreinte de ce passé constitue par essence l’histoire de la fabrique des villes, l’étude du rapport direct des pouvoirs, des architectes et des habitants avec les monuments et les structures des époques antérieures permet d’explorer une autre facette de l’histoire urbaine : le passé comme source d’identité et de légitimation qui conduit à composer avec le substrat antérieur, qu’il soit matériel ou imaginaire.
C’est donc sur la longue durée, du Moyen Age à nos jours, qu’il faut envisager cette marque du passé, mais aussi sa manipulation par les générations ultérieures, soucieuses de perpétuer ou de détourner des usages et des spécificités de la topographie et la parure monumentale de la cité héritée du passé. Les phénomènes de remplois et de reconversions seront étudiés précisément avec l’objectif de mettre en évidence des tendances de fond du développement urbain dans la diachronie nourricière.
L’étude de l’impact des structures antérieures sur le développement urbain pourra s’appuyer sur des études de cas, tout en dépassant le cadre strict de la protection de monuments et de sites anciens. Car au-delà d’une réflexion sur les phénomènes de patrimonialisation, c’est bien le processus d’auto-représentation de la ville qui sera examiné.

fichier 02 verso livret programme vf

Atelier: L’européanisation comme objet et catégorie d’analyse dans les sciences historiques et sociales

Un atelier sur l’européanisation prendra place à l’Institut Historique Allemand les jeudi 10 et vendredi 11 avril. Ces deux journées de discussions et de débats sont organisées par l’IHA en coopération avec « Saisir l’Europe », le CIERA et le LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe », et avec le soutien financier de l’Université franco-allemande.

Olga Medvekova, chargée de recherche CNRS au Centre André Chastel et membre du comité de pilotage de l’axe 7 du Labex EHNE (responsable du suivi du projet de l’encyclopédie numérique), participera à l’atelier vendredi 11 lors de la session « Les circulations en Europe et leurs instruments » (11h15-13h), et parlera de la circulation des savoirs comme facteur d’européanisation.

workshop sur l’européanisation – programme

Critique d’art et Nationalisme: regards français sur l’art européen au XIXème siècle: Programme

 

critique d'art

Les 18 et 19 avril prochain prendre place la journée d’étude « Critique d’art et Nationalisme: regards français sur l’art européen au XIXème siècle », organisée par les doctorants du Centre Chastel Carole Rabiller et Jonathan Lévy, et Thierry Laugée, maître de conférences en histoire de l’art contemporaine. Je rappelle que cette journée est le résultat d’un appel lancé, dans le cadre de l’axe 7 du Labex EHNE, aux doctorants du Centre Chastel à proposer des thèmes de journées d’étude liés à la notice structurante de l’encyclopédie EHNE « la fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art ». En voici le programme:

18 avril 2014

14h-15h          Ouverture et introduction

I. Écrire et réécrire l’histoire de l’art au XIXe siècle.

Président de séance : Sébastien Allard, Conservateur en chef au département des Peintures (Musée du Louvre).

15h-15h30 – Anna Jolivet, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III: Histoire de la peinture vénitienne et montée des nationalismes français et italien dans le contexte européen de la fin du XIXe siècle.

15h30-16h – Emmanuel Faure, Université Paris VIII: La Condamnation de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture par les premiers historiens de l’art : une conséquence du rejet de l’art italien.

16h-16h30 – Oriane Marre, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Les Comptes-rendus d’expositions parisiennes publiés dans la presse politique de 1874 à 1905 comme espace d’expression du nationalisme en France

17h-17h30 – Jonathan Levy, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Lire et relire l’histoire des arts au tournant du XIXe siècle : le Danemark et la tentation de la réécriture.

17h30-18h – Aude Jeannerod, Université Jean Moulin, Lyon 3: Le Nord et le Sud de l’Europe dans la critique d’art de Thoré-Bürger et Huysmans.

18h-18h30 –. Brice Ameille, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Vieux maîtres étrangers et impressionnistes français : quand la critique française jette des ponts.

19 avril 2014

9h15-9h45    Accueil

II. Géopolitique de l’exposition.

Président de séance : Thierry Laugée, Maître de conférences, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

9h45-10h15 – Daniel Ortiz Prada, Universidad Complutense de Madrid: L’Architecture des Rois catholiques comme expression de la nation espagnole. Le Succès du pavillon d’Espagne à l’Exposition universelle de 1889.

10h15-10h45 – Jan Wijnsouw, GhentUniversity: Avec les sculpteurs belges, nous ne sortons pas de la France, Art critical exchange between Belgium and France.

10h45-11h15 – Laurent Cazes, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Artistes étrangers et écoles nationales. Dialectiques européennes dans la critique de Salon sous le Second Empire.

11h15-11h45 – Olivier Schuwer, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Genèse d’une Europe des Sécessions : la présence allemande, suisse et autrichienne dans les premiers Salons de la Société Nationale des Beaux-Arts (1889-1893).

III. Lecture nationaliste des genres, mouvements et styles.

Président de séance : Jérémie Cerman, Maître de conférences, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

14h-14h30 – Thierry Laugée, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Pourquoi n’y a-t-il pas eu de sculpture romantique en Angleterre.

14h30-15h – Carole Rabiller, Université Paris-Sorbonne (Paris IV): Réception française de la peinture religieuse britannique à l’Exposition universelle de 1855.

15h-15h30 – Michael Vottero, Docteur, Conservateur des monuments historiques, DRAC Bourgogne: La Peinture de genre aux Expositions universelles parisiennes, la fin des écoles nationales ?

16h15-16h45 – Fabienne Fravalo, Universités de Clermont-Ferrand et Neuchâtel: “Art moderne” versus “Modern Style” ou la définition comparée d’un Art nouveau français.

16h45-17h15 – Fanny Bacot, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Anti-nationalisme et universalité dans le discours fin-de-siècle.

17h30 – Conclusion  par Barthélémy Jobert, Professeur et Président de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

 

Le fonds de vues sur verre du lycée Colbert : un projet de valorisation pédagogique et scientifique lié au Labex EHNE

En mai dernier une enseignante du lycée Colbert, dans le Xe arrondissement de Paris, a découvert, oublié dans un placard poussiéreux, une quarantaine de boîtes en bois contenant des séries de vues photographiques sur plaques de verre, datant à vue d’œil de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, et destinées à la projection.

Ces vues sur verre, au nombre de presque 2000, ont pour sujet des paysages urbains et ruraux français, européens et d’ailleurs (monde colonial, Amériques, Japon…), ainsi que des habitants de différents pays et ensembles géographiques. Elles offrent un témoignage inédit sur le monde du début du XXème siècle tels qu’il était vu et – présenté au public – par des photographes français. Elles illustrent également le développement, à partir de la fin du XIXème siècle, de l’utilisation de projections en tant que matériel pédagogique d’enseignement, et le développement de l’instruction populaire et de l’enseignement postscolaire pour les adolescents et les adultes, par le biais de cours du soir et de conférences populaires qui prenaient place dans les écoles.

prague

« Prague, la nouvelle ville prise du belvédère » Radiguet&Massiot, n°33341, Fonds Colbert.

Le Labex EHNE et le lycée Colbert se sont associés pour étudier et valoriser ce fonds, avec en vue, notamment, l’utilisation de ces photographies pour illustrer des articles de l’encyclopédie numérique. Les post-doctorants du Labex ont réalisé un premier inventaire du fonds entre juin et septembre 2013. Depuis, l’ensemble du fonds a été photographié, pour pouvoir travailler à un inventaire analytique des photos, et ainsi dégager des thèmes en ligne avec les problématiques du Labex qui aideront à la mise en place de projets de valorisation scientifique et pédagogique du fonds.

Recherches documentaires sur l’origine du fonds

Parallèlement à ce travail des recherches documentaires ont débuté pour tenter d’identifier l’origine et les modalités d’utilisation de ces plaques. La première piste a été la consultation de deux catalogues du fonds Molteni, l’éditeur des photographies, dont l’entreprise  fut reprise en 1900 par les éditeurs Radiguet et Massiot. Les titres de quelques plaques ont été retrouvés dans le catalogue le plus récent conservé à la BnF (1896). La majorité des plaques sont donc postérieures à cette date.  Des contacts ont été établis dans un même temps avec Monsieur Patrice Guérin, collectionneur et passionné d’appareils de projections qui tient un site internet sur le sujet, ainsi que Christophe Granger, enseignant-chercheur de Paris I qui travaille sur l’histoire de l’éducation populaire. Tous deux ont souligné le caractère inédit du fonds.

Le lycée Colbert  (alors école municipale supérieure) est mentionné dans les Rapports sur l’éducation populaire 1896-1903 (Edouard Petit) préservés à la BnF, en connexion avec la « Société d’enseignement moderne », une société philanthropique qui organisait des cours du soir pour adultes dans des écoles parisiennes. La consultation prochaine d’une thèse écrite sur le fondateur de cette société, Léopold Bellan, offrira peut-être de nouveaux éléments quant à  aux circonstances de la constitution du fonds.

Le musée de l’éducation de Rouen

Le 11 décembre dernier, Delphine Diaz, Anne‐Julie Lafaye (post‐doctorantes des axes 6 et 7 du Labex) et Laurence Giordano, l’enseignante qui a découvert le fonds,  se sont rendues au Musée de l’éducation de Rouen pour vérifier les éventuelles correspondances entre les plaques du Fonds Colbert et celles conservées au Musée. Le musée possède en effet une collection de plus de 40000 plaques de verre.  Cette visite a permis de constater que les correspondances ne sont pas en nombre très important, ce qui renforce l’hypothèse du caractère inédit du Fonds. Cela semble confirmer également que le fonds s’est constitué indépendamment du Musée Pédagogique, où  à partir de la fin du XIXème siècle on avait commencé à constituer un fonds de vues sur verre (aujourd’hui conservées au Musée de l’éducation) qui étaient prêtées aux enseignants d’écoles primaires pour l’organisation de projections lumineuses.

Les ateliers-archives des élèves du lycée Colbert

En ce qui concerne la valorisation pédagogique du fonds, Laurence Giordano a organisé des ateliers-archives qui ont démarré au lycée Colbert en octobre, auxquels participent des élèves du lycée. Les élèves travaillent sous la supervision de professeurs d’histoire-géographie, de littérature et de physique-chimie. Trois post-doctorants du Labex ainsi que  Monsieur Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS et responsable de l’axe 6 du Labex, ont également animé une partie des séances. Les ateliers se déroulent autour de quatre thèmes : les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman et la représentation des femmes. Pour chaque thème  dix photos ont été choisies et analysées. Les élèves ont créé un blog pour présenter leur travaux,  illustré par les quarante plaques qu’ils avaient choisi, numérisées pour l’occasion par le Centre André Chastel. Une exposition au lycée Colbert est également prévue au printemps 2014.

ottoman femmes

« Smyrne, les quais », Radiguet&Massiot, n°21419, et « Hommes et femmes du Canada », Radiguet&Massiot, n° 19800, Fonds Colbert.

Valorisation scientifique et pédagogique du fonds Colbert

Le travail de recherche concernant les circonstances de la constitution du fonds Colbert et le contexte de son utilisation est directement lié à la volonté de valorisation scientifique et pédagogique du fonds, à travers notamment l’organisation d’expositions. Il a été décidé qu’un dossier serait déposé au conseil de l’Europe pour l’obtention des subventions nécessaires à la mise en place des différents projets, tels que la numérisation complète du fonds.  Le dossier sera monté au nom du Labex EHNE avec l’appui de l’Inspection générale de l’éducation nationale. Dans cette demande, la dimension pédagogique et de « transmission du savoir » du Fonds Colbert sera mise en valeur.

Ce travail en amont terminé, il sera possible de préparer un projet d’exposition, si possible itinérante. Plusieurs partenaires sont envisagés, tels que la Maison de l’Europe, le Musée Européen de la Photographie et le CNAM. Parallèlement, un groupe de travail composé de l’équipe du Labex et d’enseignants du secondaire (professeurs, IPR) sera constitué afin de réfléchir à l’exploitation pédagogique du fonds, telle que l’articulation avec les programmes scolaires et l’utilisation du matériel dans les classes.

Enfin, la valorisation du fonds passera aussi par sa présentation lors de manifestations scientifiques : Une communication proposée par Laurence Giordano et Anne-Julie Lafaye pour le colloque « L’Image en lumière : histoire, usages et enjeux de la projection » qui aura lieu à l’Université de Montréal les 22 et 23 mai prochain a été retenue.  Une autre proposition, soumise par Frédéric Clavert, chargé de communication du Labex, a été également retenue pour un autre colloque, intitulé « Patrimoine et Humanités numériques » qui prendra place à Grenoble du 10 au 12 juin prochain.

Appel à candidatures: Recrutement d’un post-doctorant, axe 7 du labex EHNE

Suite au départ prochain d’Anne-Julie Lafaye, le Centre André Chastel recrute un(e) post‐doctorant(e) qui sera chargé(e) de l’animation de l’axe 7 du projet : « Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen », dans le cadre du Labex EHNE.

Les candidats doivent être des docteurs extérieurs à l’université Paris-Sorbonne.

  •     Les candidatures sont à envoyer avant le 07 mars 2014 à :

– Alexandre Gady, directeur du centre Chastel: alexandre.gady@paris-sorbonne.fr

– Dany Sandron, responsable scientifique de l’axe 7: dany.sandron@paris-sorbonne.fr

  •     Pour en savoir plus,

Informations complètes, description du poste et résumé du projet

Europa Moderna, Revue d’Histoire et d’Iconologie

La revue en ligne Europa Moderna publie chaque année depuis 2010 des articles traitant de l’histoire et de l’histoire de l’art des sociétés européennes d’Ancien Régime:

« La revue entend proposer des recherches et des réflexions sur les sociétés d’Ancien Régime, mais en approchant cette histoire sociale – totale par définition – à travers les représentations et les discours qui ont élaboré les réalités mêmes de ces sociétés.

Sont privilégiés les discours construits ou à reconstruire dans les domaines de la vie et de la pensée politiques, religieuses, philosophiques ou encore économiques. Il en va ainsi des imaginaires politiques élaborés à l’échelle d’un Empire comme à celle d’une ville, ou encore des stratégies développées dans le champ littéraire, du for privé à l’apologétique. Au-delà du discours reconstitué, se pose également la question de la réception et de l’opinion ; objets difficiles s’il en est. La revue souhaite pouvoir offrir à ses lecteurs autant de pistes de recherche qu’il est possible sur ce sujet.

Pour rejoindre l’approche de l’anthropologue, pour lequel les mœurs ont valeur d’institution dans les sociétés sans « monuments du passé », la revue entend privilégier aussi des articles portant sur les modes et les usages d’une société, ses us et coutumes, comme les modes de communication établis par les signes du corps et de ses artifices.

En publiant des travaux axés sur ces sociétés, leurs cultures et leurs constructions identitaires, à travers leur fonction sémiotique et leurs systèmes de représentation, Europa Moderna souhaite aussi consacrer une place importante à l’iconologie et donc aux approches historiennes de plus en plus nombreuses, établies à partir des sources iconographiques, autant pour contribuer à cette histoire par les images que pour discuter de ses outils et de sa méthode. »

(http://europamoderna.com/index.php/la-revue)

Un appel à contributions a été lancé en vue de la publication du prochain numéro, qui s’intitule « Pour une histoire symbolique des objets ».

Appel à communications: « L’avant – garde européenne après la seconde guerre mondiale : L’axe Paris – Milan – Düsseldorf de 1957 à 1966 »

Dans la seconde moitié du XXème siècle, la communication des artistes situés sur l’axe Paris-Milan-Düsseldorf connaît un important développement. Les cheminements menant au renforcement de ces carrefours artistiques restent peu explorés. L’appel à communications s’adresse aux étudiants ou aux chercheurs en histoire de l’art intéressés par la dynamique des échanges artistiques développés sur cet axe international. Les communications retenues seront présentées lors d’une journée d’étude doctorale proposée dans le cadre du LabEx EHNE (Écrire une nouvelle histoire de l’Europe) porté par le Centre André Chastel.

Dans l’après-guerre, les recherches artistiques et l’intérêt de galeries de ces trois pôles culturels – Düsseldorf – Milan – Paris – semblent se rejoindre autour d’une esthétique orientée vers l’approfondissement des origines de la production plastique. Reprenant les ambitions d’universalité de l’art mises à jour au long de la première moitié du XXème siècle, d’artistes comme Malevitch et Mondrian, la production après 1945 suit un chemin d’épurations de formes et de couleurs.

Cette quête d’universalisation de l’art rassemble des artistes d’origines et de parcours assez différents comme les allemands Heinz Mack ou Otto Piene et le français Yves Klein. Ces deux premiers artistes vont mettre en marche un projet visant la dématérialisation de l’art par l’utilisation de moyens peu conventionnels, la lumière et le mouvement. Klein va les rejoindre en apportant d’abord des possibilités de dématérialisation par l’imprégnation de la couleur, puis à travers l’utilisation d’éléments de la nature comme le feu ou l’eau. Dans les années 1950, Klein multiplie les expositions en Allemagne, en France et en Italie. Sa contribution dynamise les échanges artistiques de cet axe. Ses monochromes sont exposés en 1957 lors de l’inauguration de la galerie d’Alfred Schmela à Düsseldorf, à la galerie Colette Allendy à Paris et à la galerie Apollinaire à Milan.

L’influence de l’artiste français exercée sur ses pairs allemands Mack et Piene est flagrante. Dès 1958, ces trois artistes participent au projet « exposition d’un soir » qui consistait à ouvrir pour un soir, les portes de leurs ateliers au public. Ces artistes s’engagent ensemble dans la production d’une revue animant la production plastique autour du groupe de Düsseldorf. La même année, l’italien Piero Manzoni s’intéresse aussi aux travaux de Klein et de Lucio Fontana, dont il a pris connaissance à Milan. Le courant Zéro se développe à partir de 1959. Dans le début des années 1960, Fontana expose en compagnie de cette jeune génération qui voit en lui un père spirituel.

Durant cette période, Otto Piene recense plus d’une centaine d’artistes qui participent aux  projets du groupe Zéro. Les revues telles que « ZERO » (Düsseldorf) et « Azimuth » (Milan) représentent un facteur de cohésion important et un organe de diffusion et de communication entre les différentes associations d’artistes.

Zéro joue alors un rôle important dans la propagation de l’art d’avant-garde européen. Ces échanges artistiques entre l’Allemagne et le reste de l’Europe correspondent à l’un des premiers rapprochements dans la période immédiatement postérieure à la Seconde guerre mondiale. Par le biais de l’art, l’Allemagne se rouvre à l’Europe en exposant une production avant-gardiste animée par le besoin de rebondir après une période de censure de sa production artistique.  En Italie, en Allemagne et en France, la production d’après-guerre est particulièrement féconde, elle attire des artistes originaires d’autres continents comme Soto ou Almir Mavignier qui s’intéressent également à la dématérialisation de l’art. Ils participent aux principales expositions du groupe Zéro avec Heinz Mack, Otto Piene et Yves Klein.

Le cas de Zéro est intéressant car ce groupe européen fonctionne comme une véritable pépinière stimulant la communication entre les artistes qui produisent un art libéré des académismes et tout à fait rattaché aux grandes questions soulevées par la théorie artistique de l’époque, à savoir l’aptitude à l’universalisation de l’art.  La production plastique des artistes circulant sur l’axe géographique Italo-Franco-Germanique constitue une cible pour la recherche actuelle en histoire de l’art : ce mouvement est à la base d’une révolution de la production contemporaine regroupant l’art, la philosophie et la sociologie.

Cet appel à contributions est ouvert à tous les chercheurs intéressés à la production plastique de ces carrefours d’échanges européens dans la période qui va de 1957 à 1966.

Modalités de soumission

La journée d’étude se tiendra à Paris, à l’INHA le lundi 26 mai 2014. Merci d’envoyer des propositions de communication résumées  (1500 à 3000 signes) avant le 28 février 2014 à :

Journeedetude.labex@gmail.com

Les réponses seront notifiées aux candidats le 15 mars 2014.

Comité d’organisation

Centre André Chastel, ED 124

Anne-Julie Lafaye, docteur en archéologie médiévale et coordinatrice de l’axe 7 du LabEx EHNE.

Marjolaine Beuzard, doctorante en Histoire de l’Art, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Maria Sensi, docteur en Histoire de l’Art, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Manuela Triani Gomez de Knegt, doctorante en Histoire de l’Art et étudiante en Master en Philosophie de l’Art, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Journée doctorale: « L’identité de l’artiste dans l’histoire européenne et internationale »

Rappel de la tenue le lundi 20 janvier prochain de la journée doctorale en histoire de l’art de l’ED 124 (université Paris-Sorbonne), organisée en partenariat avec le Labex EHNE, et qui aura lieu en salle Perrot à l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Capture

Nouveaux liens/New links

 

ehne site 2

Des liens ont été ajoutés au carnet, qui se trouvent sur la colonne de droite du Carnet, sous ‘Favoris’. Il y a d’une part le site du Labex EHNE récemment mis en ligne par Frédéric Clavert, chargé de communication du projet:

http://www.labex-ehne.fr/

Vous trouverez sur ce site tout ce qui concerne l’organisation du Labex et de ses axes (organigramme, présentation des axes), ainsi qu’un agenda des évènements à venir dans le cadre du Labex, un annuaire de tous les membres (c’est àdire l’ensemble des membres des centres de recherche associés au Labex), et des liens vers les carnets Hypothèses des axes.

J’ai également ajoutés les liens de ces derniers aux Favoris de ce carnet.

***

Links have added to the blog, located on the right hand-side column of the page, Under ‘Favorites’ (Favoris). There is a link to the English version of the Labex website, recently published onlineby Frédéric Clavert, the project’s communications officer:

http://www.labex-ehne.fr/?lang=en

You will find on that website evrything related to the organisation of the Labex and its axes (organization chart, presentation of the axes) as well as an agenda of all the events to come organised within the Labex, a directory of the members (meaning  all the members of the research centres associated with the Labex), and links towards the other blogs of the axes.

I have also added these links to the blog.

Themes and structuring articles of axis 7

This is an English version of the article posted some time ago which described the themes and structuring articles defined by the members of Axis 7 of the Labex EHNE, but it has been updated with the changes recently made to the list of structuring articles proposed for the online encyclopedia. This thematic, online encyclopedia is of  course one of the main objective of the project EHNE, and will represent the culmination of the scientific work and research led by the seven axes of the Labex. This work will materialise through the organisation of a number of activities, symposiums, workshops, or seminars, but, in the end, the encyclopedia articles will form the evidence of the work of the Labex members and numerous contributors.

Thus after defining the main themes establishing the approach research would follow within each axis, the axes’ teams came up with around ten articles, the so-called ‘stucturing’ articles, half of which are to be published at the launch of the encyclopedia in January 2015. They will be between 3500 and 5000 words long, and their role will be to define topics, key questions and historiographical debates, in a synthetic and conceptualising manner. Around these articles will gravitate a network of secondary articles, factual and detailed, which will allow to visitors who would be so inclined to delve into a more advanced reflection on a well defined topic.

Three main themes have been defined within axis 7: Geography, Historiography and Heritage. Within the scope of these themes ten structuring notices will tackle questions and aspects of European art history within the scope of the Labex EHNE:

Geography

This theme will look into the geographies of artistic production and exchange, and the impact of geopolitical context on art history. The articles will address the way the artist approaches the European territory, inserting or instead disconnecting himself from some of its centres. They will look into the phenomenon of attraction of regional or urban centres, as well as into that of rejection and abandonment of other territories, in particular rural. They will bring about a reflection on the foundation of the identity of an artist within a Europe with moving borders and about the spatial dimension of sedentary or nomadic artistic ‘societies’.

Four structuring notices have been defined. Around the first one, ‘artistic geography’, secondary notices will present works about artistic commission and the art market, and the question of civic artists and court artists, with a symposium organized by Philippe Lorentz “Civic Artists and Court Artists (1350-1650). Case Studies and Conceptual Ideas about the Status, Tasks and the Working Conditions of Artists and Artisans”, which will take place from the 19th to the 21st June 2014 at the Centre Chastel. The second notice, ‘artists’ migrations’ will deal with the emigrations and movements of artists and its consequences on artistic production. The issue of exile will also be addressed, with for example the emigration of artists after the revocation of Edict of Nantes or that of the Jansenist artists in the 18th century. Another notice will deal with the circulation of artistic models, material and immaterial ones, and finally the notice ‘architectural Europe’ will be based on the project The Europeans: these architects that have designed Europe (1450-1950), a book dedicated to ‘European’ architects: those who, born and educated in a culture, carrying the legacy of one or several national traditions, have worked within one or others of these traditions, bringing new elements to it.

Historiography

This theme focuses on a reflection about the auto-representation of Europe. It is about two main supports used in the course of that creation: the image that ‘talks’ and the speech around the image. The two are closely linked. The first one, of an iconic type – allegory, emblem, map, symbolic object – translates the speech, or uses it directly. Inversely, the second ‘orchestrates’ the image, linking it to a certain type of language: national, European or universal.

Three structuring notices will make up this theme. The first one, ‘Iconography of Europe from the 15th to the 20th century’ will include analysis of European maps, allegorical representations of Europe, or of the emblematic objects within the representations of Europe: comparisons with other continents will be established to get out of the internal European debate. The second structuring notice, ‘the exhibitions as a support of the diffusion of knowledge’, will be the theme of a symposium in 2015. Finally the third structuring notice will tackle the question of ‘the making of nationalist language in art history’. This section will be partly based on the results of two study days to be organized by PhD students of the Centre Chastel, following a call for themes. The first of these study days is currently being organised, and is entitled ‘Art critique and nationalism, French looks on European art in the 19th century’.

Heritage

Finally the third theme of axis 7 will tackle questions relating to the European artistic heritage in a broad sense. First, a structuring notice will present the art libraries in Europe’. Secondary notices on the library of Peter the Great will for example take place in this section, based on a collective publication co-financed by the Labex: Arts and Sciences of Europe in the library of Peter the Great, prepared under the scientific direction of Olga Medvekova (Centre André Chastel – CNRS). Around the second structuring notice ‘Museums and artistic institutions’, secondary notices will discuss the increasing awareness of the need for heritage protection, and the emergence of the institutions dealing with heritage conservation and protection in Europe. Finally a notice about ‘Monumental heritage’ will tackle the question of the place of architectural remains in the construction of modern and contemporary European landscapes, and of the conservation policies of European countries, notably around the development of tourism.