Colloque international : Vierges, épouses, mères. Les personnifications nationales à l’époque moderne

Ce colloque est organisé en partenariat avec l’Institut Historique Allemand, le Centre Allemand d’Histoire de l’Art, l’IEG Mainz et l’axe 7 du LabEx EHNE.

Il se déroulera les 29, 30 et 31 mars 2016 à l’Institut Historique Allemand.

Présentation du colloque et programme:
programme colloque

Documentaire « ZERO, le temps des utopies » – projection et table-ronde – 20 février 2015, Auditorium de l’INHA, Galerie Colbert

ZERO, le temps des utopies (2013)

Réalisé par Florence Macagno

Co-produit par Paris-Sorbonne et Les Films d’Ici

Dix ans après le film de Roberto Rosselini, Allemagne année zéro, deux jeunes artistes allemands, Heinz Mack et Otto Piene, tous deux formés à la Kunstakademie de Düsseldorf, lancent une revue qui s’intitule de façon programmatique : ZERO. ZERO, c’est donc d’abord le nom de la revue qu’ils publient, dont les deux premiers numéros paraissent en 1958 (date retenue pour la fondation du groupe). Le troisième numéro paraît en 1961, année durant laquelle ils sont rejoints par Günther Uecker. Mais ZERO, c’est bien plus que cela ; c’est une véritable plate-forme qui rassemble des artistes venus de toute l’Europe (France, Italie, Pays-Bas, etc) et même au-delà (Japon notamment), autour de thèmes fédérateurs tels le monochrome, la lumière, le mouvement. Le dessein dépasse toutefois largement les enjeux esthétiques d’une époque, ces artistes éprouvant, selon les mots de Mack, « un désir presque traumatique de recommencer à zéro, de poser les jalons discrets, calmes et purs d’un monde digne dans lequel le mouvement supplante l’immobilisme, la lumière l’obscurité, la beauté la laideur. » Comparable au compte à rebours du lancement d’une fusée, ZERO entend créer une atmosphère de concentration et de réflexion, pour gagner, de façon dynamique, des zones nouvelles et inconnues :

« Nous avons, dès le départ, compris ZERO comme un nom pour une zone de silence et de nouvelles possibilités, et non pas comme l’expression du nihilisme ou d’un gag dans l’esprit de Dada. Nous pensions au compte à rebours avant le départ d’une fusée – ZERO  est la zone incommensurable, dans laquelle une situation ancienne se transforme en une situation nouvelle et inconnue. »

Comme s’il avait fallu une décennie à l’Allemagne et à l’Europe pour se relever : à la chute d’Edmund dans Allemagne année zéro s’est substitué l’envol de la fusée ZERO.

En s’appuyant sur de très riches sources archivistiques et sur des interviews d’artistes et de spécialistes, le documentaire ZERO, le temps des utopies (2013, 52 minutes) réalisé par Florence Macagno, diplômée en Histoire de l’art contemporain à Paris-Sorbonne, et co-produit par Paris-Sorbonne et Les Films d’Ici, met en lumière les préoccupations de ZERO, le réseau international auquel il participe et le contexte historique dans lequel il s’inscrit.

fusée ZERO

Colloque « Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600) »

Ce colloque vise à interroger la place de l’artiste/artisan à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne dans divers contextes sociaux, en particulier à la ville et/ou à la cour, au sein des corporations et/ou dans l’hôtel du prince. Un certain nombre d’artistes ont répondu à des commandes dans ces deux sphères habituellement jugées distinctes, tels Jean Fouquet, Rogier van der Weyden, Albrecht Dürer, Hans Plock, Jacques Jordaens et Bernard van Orley, pour n’en nommer que quelques-uns. Certains artistes travaillant pour le prince ne détenaient qu’un titre honorifique et leur rattachement à la cour n’était qu’épisodique.

Aux yeux des organisateurs de ce colloque, le moment semble opportun de questionner l’hypothèse centrale du livre de Martin Warnke (Hofkünstler. Zur Vorgeschichte des modernen Künstlersautonomisation de la conscience artistique non dans le cadre corporatif de la ville, générateur de contraintes, artiste auprès du prince dès les XIIIe et XIVe siècles. Au regard des recherches menées depuis une trentaine d’années, est-il justifié, aujourd’hui, d’opposer de manière aussi tranchée le monde urbain et la cour, les deux terrains de prédilection du formidable développement artistique qui caractérise l’Europe occidentale durant cette longue période (1300-1600) ?

programme du colloque