colloque Le Passé dans la ville, INHA, 22-24 mai 2014 – programme

Depuis le XIXe siècle et l’émergence des concepts de monuments historiques et d’héritage, la présence du passé dans la ville a principalement été analysée sous l’angle de sa patrimonialisation, voire de son affrontement avec la modernité. Or, si l’empreinte de ce passé constitue par essence l’histoire de la fabrique des villes, l’étude du rapport direct des pouvoirs, des architectes et des habitants avec les monuments et les structures des époques antérieures permet d’explorer une autre facette de l’histoire urbaine : le passé comme source d’identité et de légitimation qui conduit à composer avec le substrat antérieur, qu’il soit matériel ou imaginaire.
C’est donc sur la longue durée, du Moyen Age à nos jours, qu’il faut envisager cette marque du passé, mais aussi sa manipulation par les générations ultérieures, soucieuses de perpétuer ou de détourner des usages et des spécificités de la topographie et la parure monumentale de la cité héritée du passé. Les phénomènes de remplois et de reconversions seront étudiés précisément avec l’objectif de mettre en évidence des tendances de fond du développement urbain dans la diachronie nourricière.
L’étude de l’impact des structures antérieures sur le développement urbain pourra s’appuyer sur des études de cas, tout en dépassant le cadre strict de la protection de monuments et de sites anciens. Car au-delà d’une réflexion sur les phénomènes de patrimonialisation, c’est bien le processus d’auto-représentation de la ville qui sera examiné.

fichier 02 verso livret programme vf

Le fonds de vues sur verre du lycée Colbert : un projet de valorisation pédagogique et scientifique lié au Labex EHNE

En mai dernier une enseignante du lycée Colbert, dans le Xe arrondissement de Paris, a découvert, oublié dans un placard poussiéreux, une quarantaine de boîtes en bois contenant des séries de vues photographiques sur plaques de verre, datant à vue d’œil de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, et destinées à la projection.

Ces vues sur verre, au nombre de presque 2000, ont pour sujet des paysages urbains et ruraux français, européens et d’ailleurs (monde colonial, Amériques, Japon…), ainsi que des habitants de différents pays et ensembles géographiques. Elles offrent un témoignage inédit sur le monde du début du XXème siècle tels qu’il était vu et – présenté au public – par des photographes français. Elles illustrent également le développement, à partir de la fin du XIXème siècle, de l’utilisation de projections en tant que matériel pédagogique d’enseignement, et le développement de l’instruction populaire et de l’enseignement postscolaire pour les adolescents et les adultes, par le biais de cours du soir et de conférences populaires qui prenaient place dans les écoles.

prague

« Prague, la nouvelle ville prise du belvédère » Radiguet&Massiot, n°33341, Fonds Colbert.

Le Labex EHNE et le lycée Colbert se sont associés pour étudier et valoriser ce fonds, avec en vue, notamment, l’utilisation de ces photographies pour illustrer des articles de l’encyclopédie numérique. Les post-doctorants du Labex ont réalisé un premier inventaire du fonds entre juin et septembre 2013. Depuis, l’ensemble du fonds a été photographié, pour pouvoir travailler à un inventaire analytique des photos, et ainsi dégager des thèmes en ligne avec les problématiques du Labex qui aideront à la mise en place de projets de valorisation scientifique et pédagogique du fonds.

Recherches documentaires sur l’origine du fonds

Parallèlement à ce travail des recherches documentaires ont débuté pour tenter d’identifier l’origine et les modalités d’utilisation de ces plaques. La première piste a été la consultation de deux catalogues du fonds Molteni, l’éditeur des photographies, dont l’entreprise  fut reprise en 1900 par les éditeurs Radiguet et Massiot. Les titres de quelques plaques ont été retrouvés dans le catalogue le plus récent conservé à la BnF (1896). La majorité des plaques sont donc postérieures à cette date.  Des contacts ont été établis dans un même temps avec Monsieur Patrice Guérin, collectionneur et passionné d’appareils de projections qui tient un site internet sur le sujet, ainsi que Christophe Granger, enseignant-chercheur de Paris I qui travaille sur l’histoire de l’éducation populaire. Tous deux ont souligné le caractère inédit du fonds.

Le lycée Colbert  (alors école municipale supérieure) est mentionné dans les Rapports sur l’éducation populaire 1896-1903 (Edouard Petit) préservés à la BnF, en connexion avec la « Société d’enseignement moderne », une société philanthropique qui organisait des cours du soir pour adultes dans des écoles parisiennes. La consultation prochaine d’une thèse écrite sur le fondateur de cette société, Léopold Bellan, offrira peut-être de nouveaux éléments quant à  aux circonstances de la constitution du fonds.

Le musée de l’éducation de Rouen

Le 11 décembre dernier, Delphine Diaz, Anne‐Julie Lafaye (post‐doctorantes des axes 6 et 7 du Labex) et Laurence Giordano, l’enseignante qui a découvert le fonds,  se sont rendues au Musée de l’éducation de Rouen pour vérifier les éventuelles correspondances entre les plaques du Fonds Colbert et celles conservées au Musée. Le musée possède en effet une collection de plus de 40000 plaques de verre.  Cette visite a permis de constater que les correspondances ne sont pas en nombre très important, ce qui renforce l’hypothèse du caractère inédit du Fonds. Cela semble confirmer également que le fonds s’est constitué indépendamment du Musée Pédagogique, où  à partir de la fin du XIXème siècle on avait commencé à constituer un fonds de vues sur verre (aujourd’hui conservées au Musée de l’éducation) qui étaient prêtées aux enseignants d’écoles primaires pour l’organisation de projections lumineuses.

Les ateliers-archives des élèves du lycée Colbert

En ce qui concerne la valorisation pédagogique du fonds, Laurence Giordano a organisé des ateliers-archives qui ont démarré au lycée Colbert en octobre, auxquels participent des élèves du lycée. Les élèves travaillent sous la supervision de professeurs d’histoire-géographie, de littérature et de physique-chimie. Trois post-doctorants du Labex ainsi que  Monsieur Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS et responsable de l’axe 6 du Labex, ont également animé une partie des séances. Les ateliers se déroulent autour de quatre thèmes : les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman et la représentation des femmes. Pour chaque thème  dix photos ont été choisies et analysées. Les élèves ont créé un blog pour présenter leur travaux,  illustré par les quarante plaques qu’ils avaient choisi, numérisées pour l’occasion par le Centre André Chastel. Une exposition au lycée Colbert est également prévue au printemps 2014.

ottoman femmes

« Smyrne, les quais », Radiguet&Massiot, n°21419, et « Hommes et femmes du Canada », Radiguet&Massiot, n° 19800, Fonds Colbert.

Valorisation scientifique et pédagogique du fonds Colbert

Le travail de recherche concernant les circonstances de la constitution du fonds Colbert et le contexte de son utilisation est directement lié à la volonté de valorisation scientifique et pédagogique du fonds, à travers notamment l’organisation d’expositions. Il a été décidé qu’un dossier serait déposé au conseil de l’Europe pour l’obtention des subventions nécessaires à la mise en place des différents projets, tels que la numérisation complète du fonds.  Le dossier sera monté au nom du Labex EHNE avec l’appui de l’Inspection générale de l’éducation nationale. Dans cette demande, la dimension pédagogique et de « transmission du savoir » du Fonds Colbert sera mise en valeur.

Ce travail en amont terminé, il sera possible de préparer un projet d’exposition, si possible itinérante. Plusieurs partenaires sont envisagés, tels que la Maison de l’Europe, le Musée Européen de la Photographie et le CNAM. Parallèlement, un groupe de travail composé de l’équipe du Labex et d’enseignants du secondaire (professeurs, IPR) sera constitué afin de réfléchir à l’exploitation pédagogique du fonds, telle que l’articulation avec les programmes scolaires et l’utilisation du matériel dans les classes.

Enfin, la valorisation du fonds passera aussi par sa présentation lors de manifestations scientifiques : Une communication proposée par Laurence Giordano et Anne-Julie Lafaye pour le colloque « L’Image en lumière : histoire, usages et enjeux de la projection » qui aura lieu à l’Université de Montréal les 22 et 23 mai prochain a été retenue.  Une autre proposition, soumise par Frédéric Clavert, chargé de communication du Labex, a été également retenue pour un autre colloque, intitulé « Patrimoine et Humanités numériques » qui prendra place à Grenoble du 10 au 12 juin prochain.

L’identité de l’artiste dans l’histoire européenne et internationale

                                 SORBONNE ecole doc

Journée doctorale en Histoire de l’art de l’Ecole Doctorale124 «Histoire de l’art et Archéologie» en partenariat avec le LabEx EHNE et avec la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art

« Lorsque l’Histoire de l’art s’attache à définir la production artistique d’une époque donnée, elle néglige parfois d’interroger l’artiste à travers son identité, son statut social et sa réception. Pourtant, la figure de l’artiste, au même titre que sa production artistique, est amenée à changer. Les vicissitudes de cette identité n’ont pas cessé d’être relevées à travers l’histoire, et encore aujourd’hui le contexte nous oblige à interroger cette identité.

En Histoire de l’art, l’implication de plusieurs acteurs dans la production de l’œuvre (artisan, amateur, architecte, commanditaire ou commissaire d’exposition) explique la diversité des approches mises en œuvre pour appréhender l’artiste. Dans quelle mesure l’étude de l’identité sociale de l’artiste encourage-t-elle l’historien de l’art à penser la production artistique de manière pluridisciplinaire,  mettant en critique l’artiste comme figure isolée ou omnipotente ?

Le statut de l’artiste s’impose selon des modalités symboliques, juridiques et économiques au cours de l’Histoire, car il entretient avec les structures dans lesquelles il s’insère des relations étroites et parfois conflictuelles, notamment en période de crise. Si cette notion prend une importance inédite avec l’avènement de l’atelier à la Renaissance, il est tout aussi important de s’interroger sur un modèle d’artiste/autre ou artisan, à d’autres époques et dans différents contextes sociaux.

Enfin, nous pourrons interroger l’identité de l’artiste et de son œuvre dans un contexte international et notamment en mettant à jour et en discutant la validité des catégorisations culturelles, géographiques et artistiques de l’exposition « modernités plurielles : la nouvelle géographie de l’art moderne de 1905 à 1970 » au Musée national d’Art Moderne, ou bien « The Short Century: Independence and Liberation Movements in Africa, 1945-1994 », au musée Villa Stuck, Munich, 2001. Avec l’art contemporain et l’avènement de la figure de l’artiste internationalisée (et non international), est-ce que nous n’assistons pas à l’émergence d’une œuvre artistique «déterritorialisée » sans filiation formelle, sans généalogie, et sans origine géographique? »

Ce texte, rédigé par Piyush Wadhera et Harold Hinsinger,  est extrait de l’appel à communication lancé aux doctorants de l’Ecole doctorale 124 « Histoire de l’art et Archéologie » de l’université de Paris IV la Sorbonne. L’axe 7 du Labex EHNE s’est en effet associé à l’ED 124 pour organiser sa « journée doctorale en Histoire de l’art », une journée d’étude annuelle lors de laquelle des doctorants de l’ED présentent des communications répondant à un thème précis. Cette année il est proposé aux doctorants d’interroger l’identité symbolique, sociale, politique et matérielle de l’artiste au cours de l’Histoire, une problématique élaborée par Piyush et Harold, eux-mêmes doctorants.

Le partenariat avec le Labex EHNE implique que les thèmes de l’axe 7 seront à l’honneur avec la mise en avant d’approches géographiques, historiographiques et patrimoniales. L’élaboration du sujet même de la journée est notamment lié à l’organisation en juin prochain du colloque « Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600), artistes à la ville et artistes à la cour« , organisé par Philippe Lorentz et Dagmar Eichberger. Il faut noter également la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art à cette manifestation, et les intervenants traitant d’autres aires culturelles et géographiques et de problématiques internationales pourront se familiariser avec les activités scientifiques du domaine « Arts et architecture dans la mondialisation » du Département d’Etude et de Recherche de l’Institut, qui sera représenté lors de la journée par Mme Zahia Rahmani, chargée de mission.

D’autre part les contributions des doctorants s’inscrivant tout particulièrement dans les problématiques de l’axe 7 du Labex seront susceptibles d’être publiées sous la forme de notices secondaires de l’encyclopédie en ligne EHNE. L’intérêt est donc mutuel, avec d’une part l’opportunité d’impliquer les doctorants dans le Labex, qui participeront ainsi à la rédaction de l’encyclopédie et donc à la mise en œuvre et complétion du projet EHNE, et d’autre part la possibilité pour ces doctorants d’ajouter au nombre de leur publications, les notices de l’encyclopédie étant peer-reviewed, comme le sont les articles d’un journal scientifique classique.

Cette journée prendra place le 20 janvier prochain, en salle Perrot de l’INHA, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Thèmes et notices structurantes de l’axe 7

Capture EHNE

L’un des objectifs principaux du projet EHNE est bien sur la mise en ligne d’une encyclopédie thématique, qui sera l’aboutissement de la réflexion scientifique et des recherches menées par les sept axes du LabEx. Cette réflexion et ces recherches prendront forme à travers l’organisation de nombreuses activités, des colloques, des journées d’étude, des séminaires, mais, in fine, ces sont les notices de l’encyclopédie qui deviendront les témoins du travail scientifique accompli par des membres du LabEx et leurs collaborateurs.

Ainsi après avoir défini dans un premier temps les thèmes généraux définissant la direction que prendront leur recherches, les membres de chaque axe ont élaboré une dizaine de notices structurantes, qui seront les premières à être publiées sur l’encyclopédie lors de sa mise en ligne en janvier 2015. Longues d’environ 15 à 20000 signes, leur rôle est de définir les sujets, les questions clés, les débats historiographiques, d’une manière synthétique et conceptualisante. Autour d’elles viendra se greffer une arborescence de notices secondaires, factuelles et détaillées, qui apporteront aux visiteurs qui le souhaitent une réflexion scientifique plus poussée sur un sujet bien défini.

En ce qui concerne l’axe 7, trois thèmes ont déjà été définis : Géographie, Patrimoine et Historiographie. A présent huit notices structurantes – au stade de titre pour le moment – viennent s’y intégrer. D’autres viendront sans doute s’y ajouter plus tard.

Géographie

La problématique générale de ce thème concerne les géographies de la production et des échanges artistiques, et l’incidence des conditions géopolitiques sur l’histoire de l’art. Les articles s’intéresseront à la manière dont l’artiste aborde le territoire européen, s’y insère ou au contraire se détache de certains de ses pôles. Ils s’attacheront aux phénomènes d’attraction des centres urbains ou régionaux, comme aux phénomènes de rejets et d’abandon d’autres territoires, notamment ruraux. Ils permettront une réflexion sur la fondation d’une identité de l’artiste au sein d’une Europe aux frontières mouvantes et sur la dimension spatiale de «sociétés» artistiques sédentaires ou nomades.

Rogier Van der Weyden, illustration des Chroniques de Hainaut, 1447.
Rogier Van der Weyden, illustration des Chroniques de Hainaut, 1447.

Deux notices structurantes ont pour le moment été définies. Autour de la première, ‘Appropriation du territoire européen par l’artiste’, des notices secondaires porteront notamment sur la commande artistique et le marché de l’art, et sur la question de l’artiste à la ville et à la cour, qui fera l’objet du colloque «Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600): Artistes à la ville et artistes à la cour.», organisé par Philippe Lorentz, qui prendra place du 19 au 21 juin 2014 au Centre Chastel. La seconde notice, ‘Migrations et déplacements’, traitera des phénomènes de migration et des déplacements d’artistes et leur conséquences sur la production artistique. La problématique de l’exil sera également abordée, avec par exemple l’émigration des artistes après la révocation de l’édit de Nantes ou celle des artistes Jansénistes au XVIIIe siècle. D’autres notices se rattachent au projet de publication Les Européens: ces architectes qui ont conçu l’Europe (1450-1950), (2015 – Olga Medvekova ed.), consacré aux architectes «européens»: ceux qui, étant nés et éduqués dans une culture, héritiers d’une ou plusieurs traditions nationales, travaillèrent dans un autre milieu, en y apportant des éléments nouveaux.

Historiographie

Ce thème est centré sur une réflexion autour de l’autoreprésentation de l’Europe. Il s’agit de deux principaux supports utilisés lors de cette création: l’image «parlante» et la parole autour l’image. Les deux sont intimement liées. La première, de type iconique – allégorie, emblème, carte, objet symbolique – traduit la parole, sinon l’utilise directement. Inversement, la deuxième «orchestre» l’image en l’attachant à un certain type de langage: national, européen ou universel.

Carte de l'Europe, Herman Moll, 1708.
Carte de l’Europe, Herman Moll, 1708.

Trois notices structurantes viendront alimenter ce thème: ‘les représentations de l’Europe du XVème au XXème siècle’, pour laquelle seront analysés les cartographies de l’Europe, ses représentations allégoriques, ou encore les objets emblématiques des représentations de l’Europe: des comparaisons avec les autres continents seront établies pour sortir du débat interne européen. Deuxième notice structurante de ce thème, ‘les expositions comme support de diffusion des connaissances’, fera l’objet d’un colloque en 2015. Enfin la troisième notice structurante abordera la question de ‘la fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art et ses conséquences ultimes’. Les articles de cette section seront notamment fondés sur les résultats de trois journées d’étude organisées par des doctorants du Centre Chastel, sur proposition de thème. La première de ces journées, en cours d’organisation, s’intitule: «Critique d’art et nationalisme, regards français sur l’art européen au XIXème siècle.»

Patrimoine

Enfin le troisième thème de l’axe 7 traitera des questions relatives au patrimoine artistique européen au sens large. Autour de la première notice structurante ‘conservation et institutions’ des articles aborderont la prise de conscience de la nécessité de la protection du patrimoine, et l’émergence des institutions relatives à la conservation et à la protection du patrimoine en Europe.

Première édition russe (1709) de la Regola delli cinque ordini d’architettura de Vignole, frontispice, Bibliothèque de l’Académie des Sciences, Saint-Pétersbourg.
Première édition russe (1709) de la Regola delli cinque ordini d’architettura de Vignole, frontispice, Bibliothèque de l’Académie des Sciences, Saint-Pétersbourg.

Il y aura également une notice structurante sur les bibliothèques d’art en Europe. Des articles sur la bibliothèque de Pierre le Grand viendront notamment alimenter cette section à partir d’un ouvrage collectif co-financé par le Labex: Les Arts et les Sciences de l’Europe dans la Bibliothèque de Pierre le Grand, préparé sous la direction scientifique d’Olga Medvedkova (Centre André Chastel – CNRS). Enfin une notice sur le monachisme du Xème au XXème siècle évoquera le rôle des ordres religieux dans les transferts et circulations artistiques dans l’Europe gothique et la construction des paysages ruraux et urbains européens, ainsi que la place des vestiges architecturaux religieux dans l’Europe moderne et contemporaine. Deux sessions sur ce thème seront présentées à l’International Medieval Congress à Leeds, juillet 2014, qui mèneront à l’écriture d’articles de l’encyclopédie également.

Les notices structurantes des autres axes peuvent être consultées ici: Notices structurantes