colloque Le Passé dans la ville, INHA, 22-24 mai 2014 – programme

Depuis le XIXe siècle et l’émergence des concepts de monuments historiques et d’héritage, la présence du passé dans la ville a principalement été analysée sous l’angle de sa patrimonialisation, voire de son affrontement avec la modernité. Or, si l’empreinte de ce passé constitue par essence l’histoire de la fabrique des villes, l’étude du rapport direct des pouvoirs, des architectes et des habitants avec les monuments et les structures des époques antérieures permet d’explorer une autre facette de l’histoire urbaine : le passé comme source d’identité et de légitimation qui conduit à composer avec le substrat antérieur, qu’il soit matériel ou imaginaire.
C’est donc sur la longue durée, du Moyen Age à nos jours, qu’il faut envisager cette marque du passé, mais aussi sa manipulation par les générations ultérieures, soucieuses de perpétuer ou de détourner des usages et des spécificités de la topographie et la parure monumentale de la cité héritée du passé. Les phénomènes de remplois et de reconversions seront étudiés précisément avec l’objectif de mettre en évidence des tendances de fond du développement urbain dans la diachronie nourricière.
L’étude de l’impact des structures antérieures sur le développement urbain pourra s’appuyer sur des études de cas, tout en dépassant le cadre strict de la protection de monuments et de sites anciens. Car au-delà d’une réflexion sur les phénomènes de patrimonialisation, c’est bien le processus d’auto-représentation de la ville qui sera examiné.

fichier 02 verso livret programme vf

L’impact matériel et artistique du monachisme en Europe

L’un des aspects qui sera étudié à travers une ou plusieurs notices de l’encyclopédie EHNE est l’impact matériel et artistique du monachisme en Europe. Pour des raisons de cohérence, la notice structurante qui y correspondait a été retirée, mais les problématiques qui s’y rapportent seront bien abordées. Le phénomène monastique est un sujet trop vaste pour être contenu dans une notice structurante appartenant à un seul des thèmes de l’axe; il s’agit plutôt d’une thématique transversale, concernant aussi bien des aspects de géographie et de transferts artistiques que des questions patrimoniales, à travers les nombreux vestiges monastiques qui parsèment le territoire européen.

Couvent franciscain de Timoleague, Co. Cork, Irlande.
Couvent franciscain de Timoleague, Co. Cork, Irlande.

Au Moyen-Age les établissements religieux sont rapidement devenus une présence physique importante à travers l’Europe. les Bénédictins, Cisterciens, Augustiniens, et plus tard les ordres mendiants ont été parmi les premières organisations transnationales, établissant un réseau impressionnant de bâtiments en pierre à travers le continent. De la diffusion de techniques et styles architecturaux, à l’impact de leur présence sur les paysages ruraux et urbains de l’Europe médiévale, il est nécessaire, dans le cadre d’un projet tel que le Labex EHNE, d’étudier quel rôle les monastères et couvents mendiants ont pu avoir dans le développement – au delà de spécificités régionales – d’une histoire culturelle et artistique européenne commune, et dans la construction d’un héritage matériel partagé.

leeds JMMS

A l’occasion du prochain Congrès International Médiéval (IMC) qui prendra à Leeds du 7 au 10 juillet 2014, trois sessions ont été proposées – et acceptées – sur le thème du monachisme européen, et sous l’égide du Journal of Medieval Monastic Studies. Les deux premières sessions, élaborées par Léonie Silberer de l’Institut für Europäische Kunstgeschichte, Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg et moi-même, concernent en particulier le thème de l’impact matériel et artistique des ordres religieux au Moyen-Age. La première session, à laquelle nous participerons, s’intitule « Negotiating Monastic Space, I: Monasteries in the Landscape » (Négocier l’espace monastique, I: Monastères dans le paysage). Je présenterai une communication intitulée « The Material Impact of Monasticism in Europe, 10th-15th Centuries: Architecture and Landscape context » (l’impact matériel du monachisme en Europe, Xe-XVe siècles: architecture et paysage), une présentation générale, synthétique des problématiques de ce thème. Leonie Silberer tentera de localiser la présence des bienfaiteurs dans les couvents franciscains dans « Spaces of Secular Power and Patronage in Franciscan Friaries » (Espaces du pouvoir séculaire et du patronage dans les couvents franciscains). Enfin Niamh NicGhabhann, de l’Irish World Academy of Music & Dance, University of Limerick dans « Ruins in the Landscape: Different Views from 19th-Century Ireland » (Ruines dans le paysage: différents regards dans l’Irlande du XIXe siècle) évoquera les différentes interprétations des ruines de monastères et couvents mendiants médiévaux irlandais au XIXe siècle, interprétations qui se sont manifestées dans l’utilisation de ces bâtiments et la manipulation du paysage autour d’eux.

“Franciscan Abbey with Manor House in the Distance”, Plate 20, Memorials of Adare Manor.
“Franciscan Abbey with Manor House in the Distance”, Plate 20, Memorials of Adare Manor.

La seconde session s’intitule « Negotiating Monastic Space, II: Monasteries and Material Culture » (Négocier l’espace monastique, II: Monastères et culture matérielle). Dans « Frames and Thresholds: Franciscan Friaries in Ireland and the Imagery of Transition Spaces » (Cadres et seuils: les couvents franciscains irlandais et l’imagerie des espaces de transition), Malgorzata Krasnodebska-D’Aughton, School of History, University College Cork, analysera les espaces de transition des couvents franciscains à travers l’iconographie que l’on y trouve, notamment entre chœur et nef. Celia Haller, doctorante à l’Institut für Europäische Kunstgeschichte, Universität Heidelberg, tentera dans « Late Gothic Architectural Changes at the Cistercian Monastery of Maulbronn »(Changements architecturaux tardifs au monastère cistercien de Maulbronn), de placer ces changements d’une part dans le contexte régional et stylistique de l’époque, et d’autre part dans celui des pouvoirs ecclésiastiques et séculaires. Enfin Keith Smith, du Discovery Programme, Dublin, dans Politics, practicality and patronage: secular benefaction and protection of mendicant houses in Ireland » (Politiques, practicalité et patronage: bienfaisance et protection séculaire des établissements mendiants en Irlande) présentera ce que la culture matérielle des couvents mendiants peut nous apprendre de leurs bienfaiteurs.

Kloster Maulbronn Plan - Public Domain - Quelle: Baedekers Süd-Deutschland von 1913.
Kloster Maulbronn Plan – Public Domain – Quelle: Baedekers Süd-Deutschland von 1913

Ces deux sessions ont été élaborées en collaboration avec Karen Stöber, Departament d’Història, Universitat de Lleida, chargée de leur organisation. la troisième est dernière session « Negotiating Monastic Space, III: Monasteries and Auctoritas in Medieval Europe » (Négocier l’espace monastique, III: Monastères et Auctoritas dans l’Europe médiévale), se penchera sur les différents aspects de l’auctoritas dans la vie monastique médiévale. Janet Burton, School of Archaeology, History & Anthropology, University of Wales Trinity Saint  David, présentera « Authority and Conflict at the Cistercian Abbey of Strata Florida » (autorité et conflit à l’abbaye cistercienne de Strata Florida); Karen Stöber, « Having the Final Word: Negotiating Authority in a Catalan Cistercian Nunnery » (Avoir le dernier mot: Négocier l’autorité dans un couvent de moniales cisterciennes catalan), et enfin Emilia Jamroziak, School of History, University of Leeds, présentera « Saints and Cistercians: Identity and Authority in Late Medieval Communities » (Saints et cisterciens: identité et autorité dans les communités à la fin du Moyen-Age).

L’un des intérêts de ces sessions en ce qui concerne le projet EHNE, c’est bien sur la possibilité que certaines de ces communications deviennent des notices secondaires de l’encyclopédie en ligne, ou que leurs auteurs proposent des notices liées aux questions évoquées dans ces communications. Il est en effet – et évidemment – essentiel pour un tel projet d’impliquer des chercheurs européens dans sa mise en œuvre et ainsi obtenir des écrits qui exprimeront d’autant mieux la dimension européenne et les approches transnationales auxquelles aspire le Labex EHNE.

English version of this article here: The material and artistic impact of monasticism in Europe

L’identité de l’artiste dans l’histoire européenne et internationale

                                 SORBONNE ecole doc

Journée doctorale en Histoire de l’art de l’Ecole Doctorale124 «Histoire de l’art et Archéologie» en partenariat avec le LabEx EHNE et avec la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art

« Lorsque l’Histoire de l’art s’attache à définir la production artistique d’une époque donnée, elle néglige parfois d’interroger l’artiste à travers son identité, son statut social et sa réception. Pourtant, la figure de l’artiste, au même titre que sa production artistique, est amenée à changer. Les vicissitudes de cette identité n’ont pas cessé d’être relevées à travers l’histoire, et encore aujourd’hui le contexte nous oblige à interroger cette identité.

En Histoire de l’art, l’implication de plusieurs acteurs dans la production de l’œuvre (artisan, amateur, architecte, commanditaire ou commissaire d’exposition) explique la diversité des approches mises en œuvre pour appréhender l’artiste. Dans quelle mesure l’étude de l’identité sociale de l’artiste encourage-t-elle l’historien de l’art à penser la production artistique de manière pluridisciplinaire,  mettant en critique l’artiste comme figure isolée ou omnipotente ?

Le statut de l’artiste s’impose selon des modalités symboliques, juridiques et économiques au cours de l’Histoire, car il entretient avec les structures dans lesquelles il s’insère des relations étroites et parfois conflictuelles, notamment en période de crise. Si cette notion prend une importance inédite avec l’avènement de l’atelier à la Renaissance, il est tout aussi important de s’interroger sur un modèle d’artiste/autre ou artisan, à d’autres époques et dans différents contextes sociaux.

Enfin, nous pourrons interroger l’identité de l’artiste et de son œuvre dans un contexte international et notamment en mettant à jour et en discutant la validité des catégorisations culturelles, géographiques et artistiques de l’exposition « modernités plurielles : la nouvelle géographie de l’art moderne de 1905 à 1970 » au Musée national d’Art Moderne, ou bien « The Short Century: Independence and Liberation Movements in Africa, 1945-1994 », au musée Villa Stuck, Munich, 2001. Avec l’art contemporain et l’avènement de la figure de l’artiste internationalisée (et non international), est-ce que nous n’assistons pas à l’émergence d’une œuvre artistique «déterritorialisée » sans filiation formelle, sans généalogie, et sans origine géographique? »

Ce texte, rédigé par Piyush Wadhera et Harold Hinsinger,  est extrait de l’appel à communication lancé aux doctorants de l’Ecole doctorale 124 « Histoire de l’art et Archéologie » de l’université de Paris IV la Sorbonne. L’axe 7 du Labex EHNE s’est en effet associé à l’ED 124 pour organiser sa « journée doctorale en Histoire de l’art », une journée d’étude annuelle lors de laquelle des doctorants de l’ED présentent des communications répondant à un thème précis. Cette année il est proposé aux doctorants d’interroger l’identité symbolique, sociale, politique et matérielle de l’artiste au cours de l’Histoire, une problématique élaborée par Piyush et Harold, eux-mêmes doctorants.

Le partenariat avec le Labex EHNE implique que les thèmes de l’axe 7 seront à l’honneur avec la mise en avant d’approches géographiques, historiographiques et patrimoniales. L’élaboration du sujet même de la journée est notamment lié à l’organisation en juin prochain du colloque « Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600), artistes à la ville et artistes à la cour« , organisé par Philippe Lorentz et Dagmar Eichberger. Il faut noter également la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art à cette manifestation, et les intervenants traitant d’autres aires culturelles et géographiques et de problématiques internationales pourront se familiariser avec les activités scientifiques du domaine « Arts et architecture dans la mondialisation » du Département d’Etude et de Recherche de l’Institut, qui sera représenté lors de la journée par Mme Zahia Rahmani, chargée de mission.

D’autre part les contributions des doctorants s’inscrivant tout particulièrement dans les problématiques de l’axe 7 du Labex seront susceptibles d’être publiées sous la forme de notices secondaires de l’encyclopédie en ligne EHNE. L’intérêt est donc mutuel, avec d’une part l’opportunité d’impliquer les doctorants dans le Labex, qui participeront ainsi à la rédaction de l’encyclopédie et donc à la mise en œuvre et complétion du projet EHNE, et d’autre part la possibilité pour ces doctorants d’ajouter au nombre de leur publications, les notices de l’encyclopédie étant peer-reviewed, comme le sont les articles d’un journal scientifique classique.

Cette journée prendra place le 20 janvier prochain, en salle Perrot de l’INHA, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Appel à communication: « Critique d’art et nationalisme: Regards français sur l’art européen au XIXe siècle »

André Belloguet, L'Europe animale : physiologie comique composeé et dessinée sur les contours géographiques de l'Europe par A. Belloguet, Bruxelles, Imp. Vincent, 1882, lithographie, 53,5 x 77 cm; The Special Collections of the University of Amsterdam.
André Belloguet, L’Europe animale : physiologie comique composeé et dessinée sur les contours géographiques de l’Europe par A. Belloguet, Bruxelles, Imp. Vincent, 1882, lithographie, 53,5 x 77 cm; The Special Collections of the University of Amsterdam.

Dans le cadre du thème ‘historiographie’ de l’axe 7 du Labex EHNE, trois journées d’étude seront organisées par des doctorants du centre André Chastel. Les communications présentées lors de ces journées viendront alimenter l’encyclopédie thématique en ligne autour de l’une des notices structurantes de ce thème: ‘la fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art’.

La première de ces journées, intitulée ‘Critique d’art et nationalisme: Regards français sur l’art européen au XIXe siècle‘, prendra place les 18 avril et 19 avril 2014 à l’Institut national d’histoire de l’art (inha), Paris, et est organisée par Jonathan Levy et Carole Rabiller, doctorants, et Thierry Laugée, Maître de conférence en histoire de l’art contemporaine et membre du Centre Chastel. Ils présentent ainsi la thématique de cette journée:

« La critique est, en histoire de l’art, l’un des miroirs identitaires d’une nation, une conséquence d’un héritage façonné par les codes sociaux et culturels d’un pays. Elle repose sur des conventions qui lui sont propres, admises et acceptées, consciemment ou non, par ses auteurs et son public. Les textes de critique d’art français apprennent par conséquent tout autant sur la culture de l’observateur que sur celle de l’observé.

Cette journée d’étude vise ainsi à révéler les dimensions anthropologiques et politiques de la critique d’art française du xixe siècle. Il s’agira d’appréhender le discours sur l’art comme participation à la conscience collective de la spécificité d’une nation. Au travers des commentaires de salons, des comptes rendus d’expositions ou encore d’ouvrages d’histoire de l’art, il est attendu des intervenants qu’ils proposent des communications portant sur la question des « transferts culturels » européens, et leurs conséquences sur la construction et la diffusion des stéréotypes nationaux, culturels ou encore ethniques. Ce faisant, nous verrons s’il est possible d’analyser les supports et les logiques de mouvement ou de réappropriation entre deux espaces culturels définis : la France et le reste de l’Europe. L’étude des interactions artistiques entre ces différentes cultures et sociétés – ainsi que les fractions et les groupes qui les composent – dans leur dynamique historique, visera à rendre compte des conditions qui ont marqué leur déclenchement et leur construction. »

Vous trouverez ici l’appel à communication complet: Critique et Nationalisme

Les décors des demeures à la fin du Moyen Âge

image_flyer

« Moins connus que les peintures murales des églises, les décors qui ornaient les murs des demeures de la noblesse et des élites urbaines à la fin du Moyen Âge fournissent une source précieuse sur la culture et les aspirations de ceux qui exerçaient ou partageaient alors le pouvoir. »

Philippe Lorentz, Professeur d’histoire de l’art médiéval (Paris IV) et membre de l’équipe de recherche sur l’art du Moyen Âge Villard de Honnecourt au centre André Chastel, a organisé dans le cadre de l’axe 7 du Labex EHNE  une journée d’étude consacrée aux décors des demeures en Europe à la fin du Moyen Âge,  intitulée « Culture et représentations des élites en Europe à la fin du Moyen Âge : Les décors de demeures ». Durant cette journée d’étude, de jeunes chercheurs ayant récemment consacré leurs travaux à ce domaine particulier de la création picturale exposeront leurs enquêtes et les questionnements auxquels ils ont été confrontés. La journée aura lieu le samedi 5 octobre 2013 à partir de 9h dans la salle Ingres du Centre Chastel, à l’INHA.

Programme de la journée: programme 5 octobre

L’art au service du prince

 colloque prince

Deux membres du centre Chastel, Philippe Lorentz et Rose-Marie Ferré, participeront les 18 et 19 octobre prochain à un colloque organisé par le centre Roland Mousnier et le Labex EHNE, intitulé ‘l’art au service du prince. La politique monumentale, artistique et culturelle des Etats princiers et seigneuriaux: paradigme italien, expérience européenne’. Le Centre Mousnier anime l’axe 3 du Labex, ‘L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi », entre affirmation et crise identitaires’. Philippe Lorentz parlera de la politique culturelle et des commandes artistiques des évêques de Strasbourg aux XIVe et XVe siècles, et Rose-Marie Ferré évoquera le sculpteur Francesco Laurana au service d’Alphonse d’Aragon et du roi René. Bien que le colloque soit organisé dans le cadre de l’axe 3 du Labex, ‘l’artiste’ se trouve être l’un des sous-thèmes structurants de l’axe 7, qui concernera notamment les cadres politiques et publics de l’activité artistique et les représentations sociales et la culture des acteurs de la création artistique en Europe.

Programme: Colloque-ART-PRINCE-final