L’identité de l’artiste dans l’histoire européenne et internationale

                                 SORBONNE ecole doc

Journée doctorale en Histoire de l’art de l’Ecole Doctorale124 «Histoire de l’art et Archéologie» en partenariat avec le LabEx EHNE et avec la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art

« Lorsque l’Histoire de l’art s’attache à définir la production artistique d’une époque donnée, elle néglige parfois d’interroger l’artiste à travers son identité, son statut social et sa réception. Pourtant, la figure de l’artiste, au même titre que sa production artistique, est amenée à changer. Les vicissitudes de cette identité n’ont pas cessé d’être relevées à travers l’histoire, et encore aujourd’hui le contexte nous oblige à interroger cette identité.

En Histoire de l’art, l’implication de plusieurs acteurs dans la production de l’œuvre (artisan, amateur, architecte, commanditaire ou commissaire d’exposition) explique la diversité des approches mises en œuvre pour appréhender l’artiste. Dans quelle mesure l’étude de l’identité sociale de l’artiste encourage-t-elle l’historien de l’art à penser la production artistique de manière pluridisciplinaire,  mettant en critique l’artiste comms figure i' /on sou omnipotente ?

Le statut de l’artiste s’impose selon des modalités symboliques, juridiques et économiques au cours de l’Histoire, car il entretient avec les structures dans lesquelles il s’insère des relations étroites et parfois conflictuelles, notamment en période de crise. Si cette notion prend une importance inédite avec l’avènement de l’atelier à la Renaissance, il est tout aussi important de s’interroger sur un modèle d’artiste/autre ou artisan, à d’autres époques et dans différents contextes sociaux.

Enfin, nous pourrons interroger l’identité de l’artiste et de son œuvre dans un contexte international et notamment en mettant à jour et en discutant la validité des catégorisations culturelles, géographiques et artistiques de l’exposition « modernités plurielles : la nouvelle géographie de l’art moderne de 1905 à 1970 » au Musée national d’Art Moderne, ou bien « The Short Century: Independence and Liberation Movements in Africa, 1945-1994 », au musée Villa Stuck, Munich, 2001. Avec l’art contemporain et l’avènement de la figure de l’artiste internationalisée (et non international), est-ce que nous n’assistons pas à l’émergence d’une œuvre artistique «déterritorialisée » sans filiation formelle, sans généalogie, et sans origine géographique? »

Ce texte, rédigé par Piyush Wadhera et Harold Hinsinger,  est extrait de l’appel à communication lancé aux doctorants de l’Ecole doctorale 124 « Histoire de l’art et Archéologie » de l’université de Paris IV la Sorbonne. L’axe 7 du Labex EHNE s’est en effet associé à l’ED 124 pour organiser sa « journée doctorale en Histoire de l’art », une journée d’étude annuelle lors de laquelle des doctorants de l’ED présentent des communications répondant à un thème précis. Cette année il est proposé aux doctorants d’interroger l’identité symbolique, sociale, politique et matérielle de l’artiste au cours de l’Histoire, une problématique élaborée par Piyush et Harold, eux-mêmes doctorants.

Le partenariat avec le Labex EHNE implique que les thèmes de l’axe 7 seront à l’honneur avec la mise en avant d’approches géographiques, historiographiques et patrimoniales. L’élaboration du sujet même de la journée est notamment lié à l’organisation en juin prochain du colloque « Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600), artistes à la ville et artistes à la cour« , organisé par Philippe Lorentz et Dagmar Eichberger. Il faut noter également la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art à cette manifestation, et les intervenants traitant d’autres aires culturelles et géographiques et de problématiques internationales pourront ss familiariser avec les activités scientifiques du domaine « Arts et architecture dans la mondialisation » du Département d’Etude et de Recherche de l’Institut, qui ssra représenté lors de la journée par Mme Zahia Rahmani, chargée de mission.

D’autre part les contributions des doctorants s’inscrivant tout particulièrement dans les problématiques de l’axe 7 du Labex seront susceptibles d’être publiées sous la forme de notices secondaires de l’encyclopédie en ligne EHNE. L’intérêt est donc mutuel, avec d’une part l’opportunité d’impliquer les doctorants dans le Labex, qui participeront ainsi à la rédaction de l’encyclopédie et donc à la mise en œuvre et complétion du projet EHNE, et d’autre part la possibilité pour ces doctorants d’ajouter au nombre de leur publications, les notices de l’encyclopédie étant peer-reviewed, comme le sont les articles d’un journal scientifique classique.

Cette journée prendra place le 20 janvier prochain, en salle Perrot de l’INHA, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Thèmes et notices structurantes de l’axe 7

Capture EHNE

L’un des objectifs principaux du projet EHNE est bien sur la mise en ligne d’une encyclopédie thématique, qui ssra l’aboutissement de la réflexion scientifique et des recherches menées par les sept axes du LabEx. Cette réflexion et ces recherches prendront forme à travers l’organisation de nombreuses activités, des colloques, des journées d’étude, des séminaires, mais, in fine, ces sont les notices de l’encyclopédie qui deviendront les témoins du travail scientifique accompli par des membres du LabEx et leurs collaborateurs.

Ainsi après avoir défini dans un premier temps les thèmes généraux définissant la direction que prendront leur recherches, les membres de chaque axe ont élaboré une dizaine de notices structurantes, qui ssront les premières à être publiées sur l’encyclopédie lors de sa mise en ligne en janvier 2015. Longues d’environ 15 à 20000 signes, leur rôle est de définir les sujets, les questions clés, les débats historiographiques, d’une manière synthétique et conceptualisante. Autour d’elles viendra ss greffer une arborescence de notices secondaires, factuelles et détaillées, qui apporteront aux visiteurs qui le souhaitent une réflexion scientifique plus poussée sur un sujet bien défini.

En ce qui concerne l’axe 7, trois thèmes ont déjà été définis : Géographie, Patrimoine et Historiographie. A présent huit notices structurantes – au stade de titre pour le moment – viennent s’y intégrer. D’autres viendront sans doute s’y ajouter plus tard.

Géographie

La problématique générale de ce thème concerne les géographies de la production et des échanges artistiques, et l’incidence des conditions géopolitiques sur l’histoire de l’art. Les articles s’intéresseront à la manière dont l’artiste aborde le territoire européen, s’y insère ou au contraire ss détache de certains de sss pôles. Ils s’attacheront aux phénomènes d’attraction des centres urbains ou régionaux, comme aux phénomènes de rejets et d’abandon d’autres territoires, notamment ruraux. Ils permettront une réflexion sur la fondation d’une identité de l’artiste au sein d’une Europe aux frontières mouvantes et sur la dimension spatiale de «sociétés» artistiques sédentaires ou nomades.

Rogier Van der Weyden, illustration des Chroniques de Hainaut, 1447.
Rogier Van der Weyden, illustration des Chroniques de Hainaut, 1447.

Deux notices structurantes ont pour le moment été définies. Autour de la première, ‘Appropriation du territoire européen par l’artiste’, des notices secondaires porteront notamment sur la commande artistique et le marché de l’art, et sur la question de l’artiste à la ville et à la cour, qui fera l’objet du colloque «Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600): Artistes à la ville et artistes à la cour.», organisé par Philippe Lorentz, qui prendra place du 19 au 21 juin 2014 au Centre Chastel. La ssconde notice, ‘Migrations et déplacements’, traitera des phénomènes de migration et des déplacements d’artistes et leur conséquences sur la production artistique. La problématique de l’exil sera également abordée, avec par exemple l’émigration des artistes après la révocation de l’édit de Nantes ou celle des artistes Jansénistes au XVIIIe siècle. D’autres notices se rattachent au projet de publication Les Européens: ces architectes qui ont conçu l’Europe (1450-1950), (2015 – Olga Medvekova ed.), consacré aux architectes «européens»: ceux qui, étant nés et éduqués dans une culture, héritiers d’une ou plusieurs traditions nationales, travaillèrent dans un autre milieu, en y apportant des éléments nouveaux.

Historiographie

Ce thème est centré sur une réflexion autour de l’autoreprésentation de l’Europe. Il s’agit de deux principaux supports utilisés lors de cette création: l’image «parlante» et la parole autour l’image. Les deux sont intimement liées. La première, de type iconique – allégorie, emblème, carte, objet symbolique – traduit la parole, sinon l’utilise directement. Inversement, la deuxième «orchestre» l’image en l’attachant à un certain type de langage: national, européen ou universel.

Carte de l'Europe, Herman Moll, 1708.
Carte de l’Europe, Herman Moll, 1708.

Trois notices structurantes viendront alimenter ce thème: ‘les représentations de l’Europe du XVème au XXème siècle’, pour laquelle seront analysés les cartographies de l’Europe, ses représentations allégoriques, ou encore les objets emblématiques des représentations de l’Europe: des comparaisons avec les autres continents seront établies pour sortir du débat interne européen. Deuxième notice structurante de ce thème, ‘les expositions comme support de diffusion des connaissances’, fera l’objet d’un colloque en 2015. Enfin la troisième notice structurante abordera la question de ‘la fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art et ses conséquences ultimes’. Les articles de cette section seront notamment fondés sur les résultats de trois journées d’étude organisées par des doctorants du Centre Chastel, sur proposition de thème. La première de ces journées, en cours d’organisation, s’intitule: «Critique d’art et nationalisme, regards français sur l’art européen au XIXème siècle.»

Patrimoine

Enfin le troisième thème de l’axe 7 traitera des questions relatives au patrimoine artistique européen au sens large. Autour de la première notice structurante ‘conservation et institutions’ des articles aborderont la prise de conscience de la nécessité de la protection du patrimoine, et l’émergence des institutions relatives à la conservation et à la protection du patrimoine en Europe.

Première édition russe (1709) de la Regola delli cinque ordini d’architettura de Vignole, frontispice, Bibliothèque de l’Académie des Sciences, Saint-Pétersbourg.
Première édition russe (1709) de la Regola delli cinque ordini d’architettura de Vignole, frontispice, Bibliothèque de l’Académie des Sciences, Saint-Pétersbourg.

Il y aura également une notice structurante sur les bibliothèques d’art en Europe. Des articles sur la bibliothèque de Pierre le Grand viendront notamment alimenter cette section à partir d’un ouvrage collectif co-financé par le Labex: Les Arts et les Sciences de l’Europe dans la Bibliothèque de Pierre le Grand, préparé sous la direction scientifique d’Olga Medvedkova (Centre André Chastel – CNRS). Enfin une notice sur le monachisme du Xème au XXème siècle évoquera le rôle des ordres religieux dans les transferts et circulations artistiques dans l’Europe gothique et la construction des paysages ruraux et urbains européens, ainsi que la place des vestiges architecturaux religieux dans l’Europe moderne et contemporaine. Deux sessions sur ce thème seront présentées à l’International Medieval Congress à Leeds, juillet 2014, qui mèneront à l’écriture d’articles de l’encyclopédie également.

Les notices structurantes des autres axes peuvent être consultées ici: Notices structurantes

L’art au service du prince

 colloque prince

Deux membres du centre Chastel, Philippe Lorentz et Rose-Marie Ferré, participeront les 18 et 19 octobre prochain à un colloque organisé par le centre Roland Mousnier et le Labex EHNE, intitulé ‘l’art au service du prince. La politique monumentale, artistique et culturelle des Etats princiers et seigneuriaux: paradigme italien, expérience européenne’. Le Centre Mousnier anime l’axe 3 du Labex, ‘L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi », entre affirmation et crise identitaires’. Philippe Lorentz parlera de la politique culturelle et des commandes artistiques des évêques de Strasbourg aux XIVe et XVe siècles, et Rose-Marie Ferré évoquera le sculpteur Francesco Laurana au service d’Alphonse d’Aragon et du roi René. Bien que le colloque soit organisé dans le cadre de l’axe 3 du Labex, ‘l’artiste’ se trouve être l’un des sous-thèmes structurants de l’axe 7, qui concernera notamment les cadres politiques et publics de l’activité artistique et les représentations sociales et la culture des acteurs de la création artistique en Europe.

Programme: Colloque-ART-PRINCE-final