Le fonds de vues sur verre du lycée Colbert : un projet de valorisation pédagogique et scientifique lié au Labex EHNE

En mai dernier une enseignante du lycée Colbert, dans le Xe arrondissement de Paris, a découvert, oublié dans un placard poussiéreux, une quarantaine de boîtes en bois contenant des séries de vues photographiques sur plaques de verre, datant à vue d’œil de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, et destinées à la projection.

Ces vues sur verre, au nombre de presque 2000, ont pour sujet des paysages urbains et ruraux français, européens et d’ailleurs (monde colonial, Amériques, Japon…), ainsi que des habitants de différents pays et ensembles géographiques. Elles offrent un témoignage inédit sur le monde du début du XXème siècle tels qu’il était vu et – présenté au public – par des photographes français. Elles illustrent également le développement, à partir de la fin du XIXème siècle, de l’utilisation de projections en tant que matériel pédagogique d’enseignement, et le développement de l’instruction populaire et de l’enseignement postscolaire pour les adolescents et les adultes, par le biais de cours du soir et de conférences populaires qui prenaient place dans les écoles.

prague

« Prague, la nouvelle ville prise du belvédère » Radiguet&Massiot, n°33341, Fonds Colbert.

Le Labex EHNE et le lycée Colbert se sont associés pour étudier et valoriser ce fonds, avec en vue, notamment, l’utilisation de ces photographies pour illustrer des articles de l’encyclopédie numérique. Les post-doctorants du Labex ont réalisé un premier inventaire du fonds entre juin et septembre 2013. Depuis, l’ensemble du fonds a été photographié, pour pouvoir travailler à un inventaire analytique des photos, et ainsi dégager des thèmes en ligne avec les problématiques du Labex qui aideront à la mise en place de projets de valorisation scientifique et pédagogique du fonds.

Recherches documentaires sur l’origine du fonds

Parallèlement à ce travail des recherches documentaires ont débuté pour tenter d’identifier l’origine et les modalités d’utilisation de ces plaques. La première piste a été la consultation de deux catalogues du fonds Molteni, l’éditeur des photographies, dont l’entreprise  fut reprise en 1900 par les éditeurs Radiguet et Massiot. Les titres de quelques plaques ont été retrouvés dans le catalogue le plus récent conservé à la BnF (1896). La majorité des plaques sont donc postérieures à cette date.  Des contacts ont été établis dans un même temps avec Monsieur Patrice Guérin, collectionneur et passionné d’appareils de projections qui tient un site internet sur le sujet, ainsi que Christophe Granger, enseignant-chercheur de Paris I qui travaille sur l’histoire de l’éducation populaire. Tous deux ont souligné le caractère inédit du fonds.

Le lycée Colbert  (alors école municipale supérieure) est mentionné dans les Rapports sur l’éducation populaire 1896-1903 (Edouard Petit) préservés à la BnF, en connexion avec la « Société d’enseignement moderne », une société philanthropique qui organisait des cours du soir pour adultes dans des écoles parisiennes. La consultation prochaine d’une thèse écrite sur le fondateur de cette société, Léopold Bellan, offrira peut-être de nouveaux éléments quant à  aux circonstances de la constitution du fonds.

Le musée de l’éducation de Rouen

Le 11 décembre dernier, Delphine Diaz, Anne‐Julie Lafaye (post‐doctorantes des axes 6 et 7 du Labex) et Laurence Giordano, l’enseignante qui a découvert le fonds,  se sont rendues au Musée de l’éducation de Rouen pour vérifier les éventuelles correspondances entre les plaques du Fonds Colbert et celles conservées au Musée. Le musée possède en effet une collection de plus de 40000 plaques de verre.  Cette visite a permis de constater que les correspondances ne sont pas en nombre très important, ce qui renforce l’hypothèse du caractère inédit du Fonds. Cela semble confirmer également que le fonds s’est constitué indépendamment du Musée Pédagogique, où  à partir de la fin du XIXème siècle on avait commencé à constituer un fonds de vues sur verre (aujourd’hui conservées au Musée de l’éducation) qui étaient prêtées aux enseignants d’écoles primaires pour l’organisation de projections lumineuses.

Les ateliers-archives des élèves du lycée Colbert

En ce qui concerne la valorisation pédagogique du fonds, Laurence Giordano a organisé des ateliers-archives qui ont démarré au lycée Colbert en octobre, auxquels participent des élèves du lycée. Les élèves travaillent sous la supervision de professeurs d’histoire-géographie, de littérature et de physique-chimie. Trois post-doctorants du Labex ainsi que  Monsieur Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS et responsable de l’axe 6 du Labex, ont également animé une partie des séances. Les ateliers se déroulent autour de quatre thèmes : les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman et la représentation des femmes. Pour chaque thème  dix photos ont été choisies et analysées. Les élèves ont créé un blog pour présenter leur travaux,  illustré par les quarante plaques qu’ils avaient choisi, numérisées pour l’occasion par le Centre André Chastel. Une exposition au lycée Colbert est également prévue au printemps 2014.

ottoman femmes

« Smyrne, les quais », Radiguet&Massiot, n°21419, et « Hommes et femmes du Canada », Radiguet&Massiot, n° 19800, Fonds Colbert.

Valorisation scientifique et pédagogique du fonds Colbert

Le travail de recherche concernant les circonstances de la constitution du fonds Colbert et le contexte de son utilisation est directement lié à la volonté de valorisation scientifique et pédagogique du fonds, à travers notamment l’organisation d’expositions. Il a été décidé qu’un dossier serait déposé au conseil de l’Europe pour l’obtention des subventions nécessaires à la mise en place des différents projets, tels que la numérisation complète du fonds.  Le dossier sera monté au nom du Labex EHNE avec l’appui de l’Inspection générale de l’éducation nationale. Dans cette demande, la dimension pédagogique et de « transmission du savoir » du Fonds Colbert sera mise en valeur.

Ce travail en amont terminé, il sera possible de préparer un projet d’exposition, si possible itinérante. Plusieurs partenaires sont envisagés, tels que la Maison de l’Europe, le Musée Européen de la Photographie et le CNAM. Parallèlement, un groupe de travail composé de l’équipe du Labex et d’enseignants du secondaire (professeurs, IPR) sera constitué afin de réfléchir à l’exploitation pédagogique du fonds, telle que l’articulation avec les programmes scolaires et l’utilisation du matériel dans les classes.

Enfin, la valorisation du fonds passera aussi par sa présentation lors de manifestations scientifiques : Une communication proposée par Laurence Giordano et Anne-Julie Lafaye pour le colloque « L’Image en lumière : histoire, usages et enjeux de la projection » qui aura lieu à l’Université de Montréal les 22 et 23 mai prochain a été retenue.  Une autre proposition, soumise par Frédéric Clavert, chargé de communication du Labex, a été également retenue pour un autre colloque, intitulé « Patrimoine et Humanités numériques » qui prendra place à Grenoble du 10 au 12 juin prochain.

Themes and structuring articles of axis 7

This is an English version of the article posted some time ago which described the themes and structuring articles defined by the members of Axis 7 of the Labex EHNE, but it has been updated with the changes recently made to the list of structuring articles proposed for the online encyclopedia. This thematic, online encyclopedia is of  course one of the main objective of the project EHNE, and will represent the culmination of the scientific work and research led by the seven axes of the Labex. This work will materialise through the organisation of a number of activities, symposiums, workshops, or seminars, but, in the end, the encyclopedia articles will form the evidence of the work of the Labex members and numerous contributors.

Thus after defining the main themes establishing the approach research would follow within each axis, the axes’ teams came up with around ten articles, the so-called ‘stucturing’ articles, half of which are to be published at the launch of the encyclopedia in January 2015. They will be between 3500 and 5000 words long, and their role will be to define topics, key questions and historiographical debates, in a synthetic and conceptualising manner. Around these articles will gravitate a network of secondary articles, factual and detailed, which will allow to visitors who would be so inclined to delve into a more advanced reflection on a well defined topic.

Three main themes have been defined within axis 7: Geography, Historiography and Heritage. Within the scope of these themes ten structuring notices will tackle questions and aspects of European art history within the scope of the Labex EHNE:

Geography

This theme will look into the geographies of artistic production and exchange, and the impact of geopolitical context on art history. The articles will address the way the artist approaches the European territory, inserting or instead disconnecting himself from some of its centres. They will look into the phenomenon of attraction of regional or urban centres, as well as into that of rejection and abandonment of other territories, in particular rural. They will bring about a reflection on the foundation of the identity of an artist within a Europe with moving borders and about the spatial dimension of sedentary or nomadic artistic ‘societies’.

Four structuring notices have been defined. Around the first one, ‘artistic geography’, secondary notices will present works about artistic commission and the art market, and the question of civic artists and court artists, with a symposium organized by Philippe Lorentz “Civic Artists and Court Artists (1350-1650). Case Studies and Conceptual Ideas about the Status, Tasks and the Working Conditions of Artists and Artisans”, which will take place from the 19th to the 21st June 2014 at the Centre Chastel. The second notice, ‘artists’ migrations’ will deal with the emigrations and movements of artists and its consequences on artistic production. The issue of exile will also be addressed, with for example the emigration of artists after the revocation of Edict of Nantes or that of the Jansenist artists in the 18th century. Another notice will deal with the circulation of artistic models, material and immaterial ones, and finally the notice ‘architectural Europe’ will be based on the project The Europeans: these architects that have designed Europe (1450-1950), a book dedicated to ‘European’ architects: those who, born and educated in a culture, carrying the legacy of one or several national traditions, have worked within one or others of these traditions, bringing new elements to it.

Historiography

This theme focuses on a reflection about the auto-representation of Europe. It is about two main supports used in the course of that creation: the image that ‘talks’ and the speech around the image. The two are closely linked. The first one, of an iconic type – allegory, emblem, map, symbolic object – translates the speech, or uses it directly. Inversely, the second ‘orchestrates’ the image, linking it to a certain type of language: national, European or universal.

Three structuring notices will make up this theme. The first one, ‘Iconography of Europe from the 15th to the 20th century’ will include analysis of European maps, allegorical representations of Europe, or of the emblematic objects within the representations of Europe: comparisons with other continents will be established to get out of the internal European debate. The second structuring notice, ‘the exhibitions as a support of the diffusion of knowledge’, will be the theme of a symposium in 2015. Finally the third structuring notice will tackle the question of ‘the making of nationalist language in art history’. This section will be partly based on the results of two study days to be organized by PhD students of the Centre Chastel, following a call for themes. The first of these study days is currently being organised, and is entitled ‘Art critique and nationalism, French looks on European art in the 19th century’.

Heritage

Finally the third theme of axis 7 will tackle questions relating to the European artistic heritage in a broad sense. First, a structuring notice will present the art libraries in Europe’. Secondary notices on the library of Peter the Great will for example take place in this section, based on a collective publication co-financed by the Labex: Arts and Sciences of Europe in the library of Peter the Great, prepared under the scientific direction of Olga Medvekova (Centre André Chastel – CNRS). Around the second structuring notice ‘Museums and artistic institutions’, secondary notices will discuss the increasing awareness of the need for heritage protection, and the emergence of the institutions dealing with heritage conservation and protection in Europe. Finally a notice about ‘Monumental heritage’ will tackle the question of the place of architectural remains in the construction of modern and contemporary European landscapes, and of the conservation policies of European countries, notably around the development of tourism.

Mise à jour des thèmes et notices structurantes de l’axe 7

A la suite des deux dernières réunions du comité de pilotage de l’axe, des discussions concernant les notices structurantes ont mené à leur remaniement.

Ces changements sont liés d’une part à un travail sur les titres des notices, notamment dans un soucis d’optimisation de la visibilité des futures notices de l’encyclopédie lors de recherches effectuées sur Google. Le premier accès à l’encyclopédie de l’utilisateur moyens se fera en effet à travers Google, et il est donc nécessaire que les titres des notices contiennent un concept fort, ainsi que quelques éléments de contextualisation. D’autre part, Les discussions autour des notices ont mené à l’identification de nouvelles, et à la suppression de l’une d’entre elle. Ainsi, il y a maintenant quatre notices structurantes dans le thème Géographie: ‘Géographie artistique’, ‘Migrations des artistes’, ‘Circulation des modèles artistiques’ – qui traitera des modèles aussi bien matériels qu’immatériels – et enfin ‘l’Europe architecturale’, qui se rattache au projet de publication Les Européens : ces architectes qui ont conçu l’Europe (1450-1950), projet dirigé par Olga Medvekova et décrit précédemment.

Seuls les titres des notices structurantes du thème Historiographie ont été légèrement modifiés: ‘Les représentations de l’Europe du XVème au XXème siècle’ devient ‘L’Iconographie de l’Europe’. ‘Les expositions comme support de diffusion des connaissances’ demeure inchangé mais le titre de la dernière notice a été raccourci et devient simplement: ‘La fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art’. En plus de la journée d’étude « Critique d’art et nationalisme, regards français sur l’art européen au XIXème siècle », organisée par les doctorants Carole Rabiller et Jonathan Lévy, le thème d’une seconde journée d’étude – toujours en lien avec cette dernière notice structurante – a été retenu par le comité de pilotage. Cette journée sera organisé par Maria Sensi, ancienne doctorante du centre Chastel, et Marjolaine Beuzard, doctorante dont les travaux sont dirigés par Arnaud Pierre, professeur en histoire de l’art contemporain. Le titre provisoire de cette journée d’étude est « L’histoire de l’art du XXème siècle à l’aune de l’héritage européen ».

Enfin, les notices structurantes du thème Patrimoine ont été quelque peu remaniées également. La notice ‘Les bibliothèques d’art en Europe’, passe devant ‘Musées et institutions artistiques’, qui elle-même remplace ‘Conservation et institutions’. Enfin il a été décidé que la notice ‘Impact artistique du monachisme, XXème-XXème siècles’ serait remplacé par une notice plus large sur ‘Le fait monumental’, qui couvrira les problématiques relatives au patrimoine architectural monumental européen. Il a été noté en effet que la présence du phénomène monastique dans le thème Patrimoine n’était pas cohérente par rapport aux deux autres notices, et représentait un sujet plutôt transversal, concernant aussi bien des questions de géographie et transferts artistiques que de patrimoine monumental qui pourront être abordés dans des notices secondaires.

Voici donc la liste actuelle des notices structurantes de l’axe 7:

Géographie

Géographie artistique

Migrations des artistes

Circulation des modèles artistiques

L’Europe architecturale

Historiographie

L’Iconographie de l’Europe

Les expositions comme support de diffusion des connaissances

La fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art

Patrimoine

Les bibliothèques d’art en Europe

Musées et institutions artistiques

Le fait monumental

Thèmes et notices structurantes de l’axe 7

Capture EHNE

L’un des objectifs principaux du projet EHNE est bien sur la mise en ligne d’une encyclopédie thématique, qui sera l’aboutissement de la réflexion scientifique et des recherches menées par les sept axes du LabEx. Cette réflexion et ces recherches prendront forme à travers l’organisation de nombreuses activités, des colloques, des journées d’étude, des séminaires, mais, in fine, ces sont les notices de l’encyclopédie qui deviendront les témoins du travail scientifique accompli par des membres du LabEx et leurs collaborateurs.

Ainsi après avoir défini dans un premier temps les thèmes généraux définissant la direction que prendront leur recherches, les membres de chaque axe ont élaboré une dizaine de notices structurantes, qui seront les premières à être publiées sur l’encyclopédie lors de sa mise en ligne en janvier 2015. Longues d’environ 15 à 20000 signes, leur rôle est de définir les sujets, les questions clés, les débats historiographiques, d’une manière synthétique et conceptualisante. Autour d’elles viendra se greffer une arborescence de notices secondaires, factuelles et détaillées, qui apporteront aux visiteurs qui le souhaitent une réflexion scientifique plus poussée sur un sujet bien défini.

En ce qui concerne l’axe 7, trois thèmes ont déjà été définis : Géographie, Patrimoine et Historiographie. A présent huit notices structurantes – au stade de titre pour le moment – viennent s’y intégrer. D’autres viendront sans doute s’y ajouter plus tard.

Géographie

La problématique générale de ce thème concerne les géographies de la production et des échanges artistiques, et l’incidence des conditions géopolitiques sur l’histoire de l’art. Les articles s’intéresseront à la manière dont l’artiste aborde le territoire européen, s’y insère ou au contraire se détache de certains de ses pôles. Ils s’attacheront aux phénomènes d’attraction des centres urbains ou régionaux, comme aux phénomènes de rejets et d’abandon d’autres territoires, notamment ruraux. Ils permettront une réflexion sur la fondation d’une identité de l’artiste au sein d’une Europe aux frontières mouvantes et sur la dimension spatiale de «sociétés» artistiques sédentaires ou nomades.

Rogier Van der Weyden, illustration des Chroniques de Hainaut, 1447.
Rogier Van der Weyden, illustration des Chroniques de Hainaut, 1447.

Deux notices structurantes ont pour le moment été définies. Autour de la première, ‘Appropriation du territoire européen par l’artiste’, des notices secondaires porteront notamment sur la commande artistique et le marché de l’art, et sur la question de l’artiste à la ville et à la cour, qui fera l’objet du colloque «Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600): Artistes à la ville et artistes à la cour.», organisé par Philippe Lorentz, qui prendra place du 19 au 21 juin 2014 au Centre Chastel. La seconde notice, ‘Migrations et déplacements’, traitera des phénomènes de migration et des déplacements d’artistes et leur conséquences sur la production artistique. La problématique de l’exil sera également abordée, avec par exemple l’émigration des artistes après la révocation de l’édit de Nantes ou celle des artistes Jansénistes au XVIIIe siècle. D’autres notices se rattachent au projet de publication Les Européens: ces architectes qui ont conçu l’Europe (1450-1950), (2015 – Olga Medvekova ed.), consacré aux architectes «européens»: ceux qui, étant nés et éduqués dans une culture, héritiers d’une ou plusieurs traditions nationales, travaillèrent dans un autre milieu, en y apportant des éléments nouveaux.

Historiographie

Ce thème est centré sur une réflexion autour de l’autoreprésentation de l’Europe. Il s’agit de deux principaux supports utilisés lors de cette création: l’image «parlante» et la parole autour l’image. Les deux sont intimement liées. La première, de type iconique – allégorie, emblème, carte, objet symbolique – traduit la parole, sinon l’utilise directement. Inversement, la deuxième «orchestre» l’image en l’attachant à un certain type de langage: national, européen ou universel.

Carte de l'Europe, Herman Moll, 1708.
Carte de l’Europe, Herman Moll, 1708.

Trois notices structurantes viendront alimenter ce thème: ‘les représentations de l’Europe du XVème au XXème siècle’, pour laquelle seront analysés les cartographies de l’Europe, ses représentations allégoriques, ou encore les objets emblématiques des représentations de l’Europe: des comparaisons avec les autres continents seront établies pour sortir du débat interne européen. Deuxième notice structurante de ce thème, ‘les expositions comme support de diffusion des connaissances’, fera l’objet d’un colloque en 2015. Enfin la troisième notice structurante abordera la question de ‘la fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art et ses conséquences ultimes’. Les articles de cette section seront notamment fondés sur les résultats de trois journées d’étude organisées par des doctorants du Centre Chastel, sur proposition de thème. La première de ces journées, en cours d’organisation, s’intitule: «Critique d’art et nationalisme, regards français sur l’art européen au XIXème siècle.»

Patrimoine

Enfin le troisième thème de l’axe 7 traitera des questions relatives au patrimoine artistique européen au sens large. Autour de la première notice structurante ‘conservation et institutions’ des articles aborderont la prise de conscience de la nécessité de la protection du patrimoine, et l’émergence des institutions relatives à la conservation et à la protection du patrimoine en Europe.

Première édition russe (1709) de la Regola delli cinque ordini d’architettura de Vignole, frontispice, Bibliothèque de l’Académie des Sciences, Saint-Pétersbourg.
Première édition russe (1709) de la Regola delli cinque ordini d’architettura de Vignole, frontispice, Bibliothèque de l’Académie des Sciences, Saint-Pétersbourg.

Il y aura également une notice structurante sur les bibliothèques d’art en Europe. Des articles sur la bibliothèque de Pierre le Grand viendront notamment alimenter cette section à partir d’un ouvrage collectif co-financé par le Labex: Les Arts et les Sciences de l’Europe dans la Bibliothèque de Pierre le Grand, préparé sous la direction scientifique d’Olga Medvedkova (Centre André Chastel – CNRS). Enfin une notice sur le monachisme du Xème au XXème siècle évoquera le rôle des ordres religieux dans les transferts et circulations artistiques dans l’Europe gothique et la construction des paysages ruraux et urbains européens, ainsi que la place des vestiges architecturaux religieux dans l’Europe moderne et contemporaine. Deux sessions sur ce thème seront présentées à l’International Medieval Congress à Leeds, juillet 2014, qui mèneront à l’écriture d’articles de l’encyclopédie également.

Les notices structurantes des autres axes peuvent être consultées ici: Notices structurantes