L’identité de l’artiste dans l’histoire européenne et internationale

                                 SORBONNE ecole doc

Journée doctorale en Histoire de l’art de l’Ecole Doctorale124 «Histoire de l’art et Archéologie» en partenariat avec le LabEx EHNE et avec la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art

« Lorsque l’Histoire de l’art s’attache à définir la production artistique d’une époque donnée, elle néglige parfois d’interroger l’artiste à travers son identité, son statut social et sa réception. Pourtant, la figure de l’artiste, au même titre que sa production artistique, est amenée à changer. Les vicissitudes de cette identité n’ont pas cessé d’être relevées à travers l’histoire, et encore aujourd’hui le contexte nous oblige à interroger cette identité.

En Histoire de l’art, l’implication de plusieurs acteurs dans la production de l’œuvre (artisan, amateur, architecte, commanditaire ou commissaire d’exposition) explique la diversité des approches mises en œuvre pour appréhender l’artiste. Dans quelle mesure l’étude de l’identité sociale de l’artiste encourage-t-elle l’historien de l’art à penser la production artistique de manière pluridisciplinaire,  mettant en critique l’artiste comme figure isolée ou omnipotente ?

Le statut de l’artiste s’impose selon des modalités symboliques, juridiques et économiques au cours de l’Histoire, car il entretient avec les structures dans lesquelles il s’insère des relations étroites et parfois conflictuelles, notamment en période de crise. Si cette notion prend une importance inédite avec l’avènement de l’atelier à la Renaissance, il est tout aussi important de s’interroger sur un modèle d’artiste/autre ou artisan, à d’autres époques et dans différents contextes sociaux.

Enfin, nous pourrons interroger l’identité de l’artiste et de son œuvre dans un contexte international et notamment en mettant à jour et en discutant la validité des catégorisations culturelles, géographiques et artistiques de l’exposition « modernités plurielles : la nouvelle géographie de l’art moderne de 1905 à 1970 » au Musée national d’Art Moderne, ou bien « The Short Century: Independence and Liberation Movements in Africa, 1945-1994 », au musée Villa Stuck, Munich, 2001. Avec l’art contemporain et l’avènement de la figure de l’artiste internationalisée (et non international), est-ce que nous n’assistons pas à l’émergence d’une œuvre artistique «déterritorialisée » sans filiation formelle, sans généalogie, et sans origine géographique? »

Ce texte, rédigé par Piyush Wadhera et Harold Hinsinger,  est extrait de l’appel à communication lancé aux doctorants de l’Ecole doctorale 124 « Histoire de l’art et Archéologie » de l’université de Paris IV la Sorbonne. L’axe 7 du Labex EHNE s’est en effet associé à l’ED 124 pour organiser sa « journée doctorale en Histoire de l’art », une journée d’étude annuelle lors de laquelle des doctorants de l’ED présentent des communications répondant à un thème précis. Cette année il est proposé aux doctorants d’interroger l’identité symbolique, sociale, politique et matérielle de l’artiste au cours de l’Histoire, une problématique élaborée par Piyush et Harold, eux-mêmes doctorants.

Le partenariat avec le Labex EHNE implique que les thèmes de l’axe 7 seront à l’honneur avec la mise en avant d’approches géographiques, historiographiques et patrimoniales. L’élaboration du sujet même de la journée est notamment lié à l’organisation en juin prochain du colloque « Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600), artistes à la ville et artistes à la cour« , organisé par Philippe Lorentz et Dagmar Eichberger. Il faut noter également la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art à cette manifestation, et les intervenants traitant d’autres aires culturelles et géographiques et de problématiques internationales pourront se familiariser avec les activités scientifiques du domaine « Arts et architecture dans la mondialisation » du Département d’Etude et de Recherche de l’Institut, qui sera représenté lors de la journée par Mme Zahia Rahmani, chargée de mission.

D’autre part les contributions des doctorants s’inscrivant tout particulièrement dans les problématiques de l’axe 7 du Labex seront susceptibles d’être publiées sous la forme de notices secondaires de l’encyclopédie en ligne EHNE. L’intérêt est donc mutuel, avec d’une part l’opportunité d’impliquer les doctorants dans le Labex, qui participeront ainsi à la rédaction de l’encyclopédie et donc à la mise en œuvre et complétion du projet EHNE, et d’autre part la possibilité pour ces doctorants d’ajouter au nombre de leur publications, les notices de l’encyclopédie étant peer-reviewed, comme le sont les articles d’un journal scientifique classique.

Cette journée prendra place le 20 janvier prochain, en salle Perrot de l’INHA, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.