Appel à communications: « L’avant – garde européenne après la seconde guerre mondiale : L’axe Paris – Milan – Düsseldorf de 1957 à 1966 »

Dans la seconde moitié du XXème siècle, la communication des artistes situés sur l’axe Paris-Milan-Düsseldorf connaît un important développement. Les cheminements menant au renforcement de ces carrefours artistiques restent peu explorés. L’appel à communications s’adresse aux étudiants ou aux chercheurs en histoire de l’art intéressés par la dynamique des échanges artistiques développés sur cet axe international. Les communications retenues seront présentées lors d’une journée d’étude doctorale proposée dans le cadre du LabEx EHNE (Écrire une nouvelle histoire de l’Europe) porté par le Centre André Chastel.

Dans l’après-guerre, les recherches artistiques et l’intérêt de galeries de ces trois pôles culturels – Düsseldorf – Milan – Paris – semblent se rejoindre autour d’une esthétique orientée vers l’approfondissement des origines de la production plastique. Reprenant les ambitions d’universalité de l’art mises à jour au long de la première moitié du XXème siècle, d’artistes comme Malevitch et Mondrian, la production après 1945 suit un chemin d’épurations de formes et de couleurs.

Cette quête d’universalisation de l’art rassemble des artistes d’origines et de parcours assez différents comme les allemands Heinz Mack ou Otto Piene et le français Yves Klein. Ces deux premiers artistes vont mettre en marche un projet visant la dématérialisation de l’art par l’utilisation de moyens peu conventionnels, la lumière et le mouvement. Klein va les rejoindre en apportant d’abord des possibilités de dématérialisation par l’imprégnation de la couleur, puis à travers l’utilisation d’éléments de la nature comme le feu ou l’eau. Dans les années 1950, Klein multiplie les expositions en Allemagne, en France et en Italie. Sa contribution dynamise les échanges artistiques de cet axe. Ses monochromes sont exposés en 1957 lors de l’inauguration de la galerie d’Alfred Schmela à Düsseldorf, à la galerie Colette Allendy à Paris et à la galerie Apollinaire à Milan.

L’influence de l’artiste français exercée sur ses pairs allemands Mack et Piene est flagrante. Dès 1958, ces trois artistes participent au projet « exposition d’un soir » qui consistait à ouvrir pour un soir, les portes de leurs ateliers au public. Ces artistes s’engagent ensemble dans la production d’une revue animant la production plastique autour du groupe de Düsseldorf. La même année, l’italien Piero Manzoni s’intéresse aussi aux travaux de Klein et de Lucio Fontana, dont il a pris connaissance à Milan. Le courant Zéro se développe à partir de 1959. Dans le début des années 1960, Fontana expose en compagnie de cette jeune génération qui voit en lui un père spirituel.

Durant cette période, Otto Piene recense plus d’une centaine d’artistes qui participent aux  projets du groupe Zéro. Les revues telles que « ZERO » (Düsseldorf) et « Azimuth » (Milan) représentent un facteur de cohésion important et un organe de diffusion et de communication entre les différentes associations d’artistes.

Zéro joue alors un rôle important dans la propagation de l’art d’avant-garde européen. Ces échanges artistiques entre l’Allemagne et le reste de l’Europe correspondent à l’un des premiers rapprochements dans la période immédiatement postérieure à la Seconde guerre mondiale. Par le biais de l’art, l’Allemagne se rouvre à l’Europe en exposant une production avant-gardiste animée par le besoin de rebondir après une période de censure de sa production artistique.  En Italie, en Allemagne et en France, la production d’après-guerre est particulièrement féconde, elle attire des artistes originaires d’autres continents comme Soto ou Almir Mavignier qui s’intéressent également à la dématérialisation de l’art. Ils participent aux principales expositions du groupe Zéro avec Heinz Mack, Otto Piene et Yves Klein.

Le cas de Zéro est intéressant car ce groupe européen fonctionne comme une véritable pépinière stimulant la communication entre les artistes qui produisent un art libéré des académismes et tout à fait rattaché aux grandes questions soulevées par la théorie artistique de l’époque, à savoir l’aptitude à l’universalisation de l’art.  La production plastique des artistes circulant sur l’axe géographique Italo-Franco-Germanique constitue une cible pour la recherche actuelle en histoire de l’art : ce mouvement est à la base d’une révolution de la production contemporaine regroupant l’art, la philosophie et la sociologie.

Cet appel à contributions est ouvert à tous les chercheurs intéressés à la production plastique de ces carrefours d’échanges européens dans la période qui va de 1957 à 1966.

Modalités de soumission

La journée d’étude se tiendra à Paris, à l’INHA le lundi 26 mai 2014. Merci d’envoyer des propositions de communication résumées  (1500 à 3000 signes) avant le 28 février 2014 à :

Journeedetude.labex@gmail.com

Les réponses seront notifiées aux candidats le 15 mars 2014.

Comité d’organisation

Centre André Chastel, ED 124

Anne-Julie Lafaye, docteur en archéologie médiévale et coordinatrice de l’axe 7 du LabEx EHNE.

Marjolaine Beuzard, doctorante en Histoire de l’Art, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Maria Sensi, docteur en Histoire de l’Art, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Manuela Triani Gomez de Knegt, doctorante en Histoire de l’Art et étudiante en Master en Philosophie de l’Art, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Journée doctorale: « L’identité de l’artiste dans l’histoire européenne et internationale »

Rappel de la tenue le lundi 20 janvier prochain de la journée doctorale en histoire de l’art de l’ED 124 (université Paris-Sorbonne), organisée en partenariat avec le Labex EHNE, et qui aura lieu en salle Perrot à l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

Capture

Nouveaux liens/New links

 

ehne site 2

Des liens ont été ajoutés au carnet, qui se trouvent sur la colonne de droite du Carnet, sous ‘Favoris’. Il y a d’une part le site du Labex EHNE récemment mis en ligne par Frédéric Clavert, chargé de communication du projet:

http://www.labex-ehne.fr/

Vous trouverez sur ce site tout ce qui concerne l’organisation du Labex et de ses axes (organigramme, présentation des axes), ainsi qu’un agenda des évènements à venir dans le cadre du Labex, un annuaire de tous les membres (c’est àdire l’ensemble des membres des centres de recherche associés au Labex), et des liens vers les carnets Hypothèses des axes.

J’ai également ajoutés les liens de ces derniers aux Favoris de ce carnet.

***

Links have added to the blog, located on the right hand-side column of the page, Under ‘Favorites’ (Favoris). There is a link to the English version of the Labex website, recently published onlineby Frédéric Clavert, the project’s communications officer:

http://www.labex-ehne.fr/?lang=en

You will find on that website evrything related to the organisation of the Labex and its axes (organization chart, presentation of the axes) as well as an agenda of all the events to come organised within the Labex, a directory of the members (meaning  all the members of the research centres associated with the Labex), and links towards the other blogs of the axes.

I have also added these links to the blog.

Themes and structuring articles of axis 7

This is an English version of the article posted some time ago which described the themes and structuring articles defined by the members of Axis 7 of the Labex EHNE, but it has been updated with the changes recently made to the list of structuring articles proposed for the online encyclopedia. This thematic, online encyclopedia is of  course one of the main objective of the project EHNE, and will represent the culmination of the scientific work and research led by the seven axes of the Labex. This work will materialise through the organisation of a number of activities, symposiums, workshops, or seminars, but, in the end, the encyclopedia articles will form the evidence of the work of the Labex members and numerous contributors.

Thus after defining the main themes establishing the approach research would follow within each axis, the axes’ teams came up with around ten articles, the so-called ‘stucturing’ articles, half of which are to be published at the launch of the encyclopedia in January 2015. They will be between 3500 and 5000 words long, and their role will be to define topics, key questions and historiographical debates, in a synthetic and conceptualising manner. Around these articles will gravitate a network of secondary articles, factual and detailed, which will allow to visitors who would be so inclined to delve into a more advanced reflection on a well defined topic.

Three main themes have been defined within axis 7: Geography, Historiography and Heritage. Within the scope of these themes ten structuring notices will tackle questions and aspects of European art history within the scope of the Labex EHNE:

Geography

This theme will look into the geographies of artistic production and exchange, and the impact of geopolitical context on art history. The articles will address the way the artist approaches the European territory, inserting or instead disconnecting himself from some of its centres. They will look into the phenomenon of attraction of regional or urban centres, as well as into that of rejection and abandonment of other territories, in particular rural. They will bring about a reflection on the foundation of the identity of an artist within a Europe with moving borders and about the spatial dimension of sedentary or nomadic artistic ‘societies’.

Four structuring notices have been defined. Around the first one, ‘artistic geography’, secondary notices will present works about artistic commission and the art market, and the question of civic artists and court artists, with a symposium organized by Philippe Lorentz “Civic Artists and Court Artists (1350-1650). Case Studies and Conceptual Ideas about the Status, Tasks and the Working Conditions of Artists and Artisans”, which will take place from the 19th to the 21st June 2014 at the Centre Chastel. The second notice, ‘artists’ migrations’ will deal with the emigrations and movements of artists and its consequences on artistic production. The issue of exile will also be addressed, with for example the emigration of artists after the revocation of Edict of Nantes or that of the Jansenist artists in the 18th century. Another notice will deal with the circulation of artistic models, material and immaterial ones, and finally the notice ‘architectural Europe’ will be based on the project The Europeans: these architects that have designed Europe (1450-1950), a book dedicated to ‘European’ architects: those who, born and educated in a culture, carrying the legacy of one or several national traditions, have worked within one or others of these traditions, bringing new elements to it.

Historiography

This theme focuses on a reflection about the auto-representation of Europe. It is about two main supports used in the course of that creation: the image that ‘talks’ and the speech around the image. The two are closely linked. The first one, of an iconic type – allegory, emblem, map, symbolic object – translates the speech, or uses it directly. Inversely, the second ‘orchestrates’ the image, linking it to a certain type of language: national, European or universal.

Three structuring notices will make up this theme. The first one, ‘Iconography of Europe from the 15th to the 20th century’ will include analysis of European maps, allegorical representations of Europe, or of the emblematic objects within the representations of Europe: comparisons with other continents will be established to get out of the internal European debate. The second structuring notice, ‘the exhibitions as a support of the diffusion of knowledge’, will be the theme of a symposium in 2015. Finally the third structuring notice will tackle the question of ‘the making of nationalist language in art history’. This section will be partly based on the results of two study days to be organized by PhD students of the Centre Chastel, following a call for themes. The first of these study days is currently being organised, and is entitled ‘Art critique and nationalism, French looks on European art in the 19th century’.

Heritage

Finally the third theme of axis 7 will tackle questions relating to the European artistic heritage in a broad sense. First, a structuring notice will present the art libraries in Europe’. Secondary notices on the library of Peter the Great will for example take place in this section, based on a collective publication co-financed by the Labex: Arts and Sciences of Europe in the library of Peter the Great, prepared under the scientific direction of Olga Medvekova (Centre André Chastel – CNRS). Around the second structuring notice ‘Museums and artistic institutions’, secondary notices will discuss the increasing awareness of the need for heritage protection, and the emergence of the institutions dealing with heritage conservation and protection in Europe. Finally a notice about ‘Monumental heritage’ will tackle the question of the place of architectural remains in the construction of modern and contemporary European landscapes, and of the conservation policies of European countries, notably around the development of tourism.

L’impact matériel et artistique du monachisme en Europe

L’un des aspects qui sera étudié à travers une ou plusieurs notices de l’encyclopédie EHNE est l’impact matériel et artistique du monachisme en Europe. Pour des raisons de cohérence, la notice structurante qui y correspondait a été retirée, mais les problématiques qui s’y rapportent seront bien abordées. Le phénomène monastique est un sujet trop vaste pour être contenu dans une notice structurante appartenant à un seul des thèmes de l’axe; il s’agit plutôt d’une thématique transversale, concernant aussi bien des aspects de géographie et de transferts artistiques que des questions patrimoniales, à travers les nombreux vestiges monastiques qui parsèment le territoire européen.

Couvent franciscain de Timoleague, Co. Cork, Irlande.
Couvent franciscain de Timoleague, Co. Cork, Irlande.

Au Moyen-Age les établissements religieux sont rapidement devenus une présence physique importante à travers l’Europe. les Bénédictins, Cisterciens, Augustiniens, et plus tard les ordres mendiants ont été parmi les premières organisations transnationales, établissant un réseau impressionnant de bâtiments en pierre à travers le continent. De la diffusion de techniques et styles architecturaux, à l’impact de leur présence sur les paysages ruraux et urbains de l’Europe médiévale, il est nécessaire, dans le cadre d’un projet tel que le Labex EHNE, d’étudier quel rôle les monastères et couvents mendiants ont pu avoir dans le développement – au delà de spécificités régionales – d’une histoire culturelle et artistique européenne commune, et dans la construction d’un héritage matériel partagé.

leeds JMMS

A l’occasion du prochain Congrès International Médiéval (IMC) qui prendra à Leeds du 7 au 10 juillet 2014, trois sessions ont été proposées – et acceptées – sur le thème du monachisme européen, et sous l’égide du Journal of Medieval Monastic Studies. Les deux premières sessions, élaborées par Léonie Silberer de l’Institut für Europäische Kunstgeschichte, Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg et moi-même, concernent en particulier le thème de l’impact matériel et artistique des ordres religieux au Moyen-Age. La première session, à laquelle nous participerons, s’intitule « Negotiating Monastic Space, I: Monasteries in the Landscape » (Négocier l’espace monastique, I: Monastères dans le paysage). Je présenterai une communication intitulée « The Material Impact of Monasticism in Europe, 10th-15th Centuries: Architecture and Landscape context » (l’impact matériel du monachisme en Europe, Xe-XVe siècles: architecture et paysage), une présentation générale, synthétique des problématiques de ce thème. Leonie Silberer tentera de localiser la présence des bienfaiteurs dans les couvents franciscains dans « Spaces of Secular Power and Patronage in Franciscan Friaries » (Espaces du pouvoir séculaire et du patronage dans les couvents franciscains). Enfin Niamh NicGhabhann, de l’Irish World Academy of Music & Dance, University of Limerick dans « Ruins in the Landscape: Different Views from 19th-Century Ireland » (Ruines dans le paysage: différents regards dans l’Irlande du XIXe siècle) évoquera les différentes interprétations des ruines de monastères et couvents mendiants médiévaux irlandais au XIXe siècle, interprétations qui se sont manifestées dans l’utilisation de ces bâtiments et la manipulation du paysage autour d’eux.

“Franciscan Abbey with Manor House in the Distance”, Plate 20, Memorials of Adare Manor.
“Franciscan Abbey with Manor House in the Distance”, Plate 20, Memorials of Adare Manor.

La seconde session s’intitule « Negotiating Monastic Space, II: Monasteries and Material Culture » (Négocier l’espace monastique, II: Monastères et culture matérielle). Dans « Frames and Thresholds: Franciscan Friaries in Ireland and the Imagery of Transition Spaces » (Cadres et seuils: les couvents franciscains irlandais et l’imagerie des espaces de transition), Malgorzata Krasnodebska-D’Aughton, School of History, University College Cork, analysera les espaces de transition des couvents franciscains à travers l’iconographie que l’on y trouve, notamment entre chœur et nef. Celia Haller, doctorante à l’Institut für Europäische Kunstgeschichte, Universität Heidelberg, tentera dans « Late Gothic Architectural Changes at the Cistercian Monastery of Maulbronn »(Changements architecturaux tardifs au monastère cistercien de Maulbronn), de placer ces changements d’une part dans le contexte régional et stylistique de l’époque, et d’autre part dans celui des pouvoirs ecclésiastiques et séculaires. Enfin Keith Smith, du Discovery Programme, Dublin, dans Politics, practicality and patronage: secular benefaction and protection of mendicant houses in Ireland » (Politiques, practicalité et patronage: bienfaisance et protection séculaire des établissements mendiants en Irlande) présentera ce que la culture matérielle des couvents mendiants peut nous apprendre de leurs bienfaiteurs.

Kloster Maulbronn Plan - Public Domain - Quelle: Baedekers Süd-Deutschland von 1913.
Kloster Maulbronn Plan – Public Domain – Quelle: Baedekers Süd-Deutschland von 1913

Ces deux sessions ont été élaborées en collaboration avec Karen Stöber, Departament d’Història, Universitat de Lleida, chargée de leur organisation. la troisième est dernière session « Negotiating Monastic Space, III: Monasteries and Auctoritas in Medieval Europe » (Négocier l’espace monastique, III: Monastères et Auctoritas dans l’Europe médiévale), se penchera sur les différents aspects de l’auctoritas dans la vie monastique médiévale. Janet Burton, School of Archaeology, History & Anthropology, University of Wales Trinity Saint  David, présentera « Authority and Conflict at the Cistercian Abbey of Strata Florida » (autorité et conflit à l’abbaye cistercienne de Strata Florida); Karen Stöber, « Having the Final Word: Negotiating Authority in a Catalan Cistercian Nunnery » (Avoir le dernier mot: Négocier l’autorité dans un couvent de moniales cisterciennes catalan), et enfin Emilia Jamroziak, School of History, University of Leeds, présentera « Saints and Cistercians: Identity and Authority in Late Medieval Communities » (Saints et cisterciens: identité et autorité dans les communités à la fin du Moyen-Age).

L’un des intérêts de ces sessions en ce qui concerne le projet EHNE, c’est bien sur la possibilité que certaines de ces communications deviennent des notices secondaires de l’encyclopédie en ligne, ou que leurs auteurs proposent des notices liées aux questions évoquées dans ces communications. Il est en effet – et évidemment – essentiel pour un tel projet d’impliquer des chercheurs européens dans sa mise en œuvre et ainsi obtenir des écrits qui exprimeront d’autant mieux la dimension européenne et les approches transnationales auxquelles aspire le Labex EHNE.

English version of this article here: The material and artistic impact of monasticism in Europe

Mise à jour des thèmes et notices structurantes de l’axe 7

A la suite des deux dernières réunions du comité de pilotage de l’axe, des discussions concernant les notices structurantes ont mené à leur remaniement.

Ces changements sont liés d’une part à un travail sur les titres des notices, notamment dans un soucis d’optimisation de la visibilité des futures notices de l’encyclopédie lors de recherches effectuées sur Google. Le premier accès à l’encyclopédie de l’utilisateur moyens se fera en effet à travers Google, et il est donc nécessaire que les titres des notices contiennent un concept fort, ainsi que quelques éléments de contextualisation. D’autre part, Les discussions autour des notices ont mené à l’identification de nouvelles, et à la suppression de l’une d’entre elle. Ainsi, il y a maintenant quatre notices structurantes dans le thème Géographie: ‘Géographie artistique’, ‘Migrations des artistes’, ‘Circulation des modèles artistiques’ – qui traitera des modèles aussi bien matériels qu’immatériels – et enfin ‘l’Europe architecturale’, qui se rattache au projet de publication Les Européens : ces architectes qui ont conçu l’Europe (1450-1950), projet dirigé par Olga Medvekova et décrit précédemment.

Seuls les titres des notices structurantes du thème Historiographie ont été légèrement modifiés: ‘Les représentations de l’Europe du XVème au XXème siècle’ devient ‘L’Iconographie de l’Europe’. ‘Les expositions comme support de diffusion des connaissances’ demeure inchangé mais le titre de la dernière notice a été raccourci et devient simplement: ‘La fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art’. En plus de la journée d’étude « Critique d’art et nationalisme, regards français sur l’art européen au XIXème siècle », organisée par les doctorants Carole Rabiller et Jonathan Lévy, le thème d’une seconde journée d’étude – toujours en lien avec cette dernière notice structurante – a été retenu par le comité de pilotage. Cette journée sera organisé par Maria Sensi, ancienne doctorante du centre Chastel, et Marjolaine Beuzard, doctorante dont les travaux sont dirigés par Arnaud Pierre, professeur en histoire de l’art contemporain. Le titre provisoire de cette journée d’étude est « L’histoire de l’art du XXème siècle à l’aune de l’héritage européen ».

Enfin, les notices structurantes du thème Patrimoine ont été quelque peu remaniées également. La notice ‘Les bibliothèques d’art en Europe’, passe devant ‘Musées et institutions artistiques’, qui elle-même remplace ‘Conservation et institutions’. Enfin il a été décidé que la notice ‘Impact artistique du monachisme, XXème-XXème siècles’ serait remplacé par une notice plus large sur ‘Le fait monumental’, qui couvrira les problématiques relatives au patrimoine architectural monumental européen. Il a été noté en effet que la présence du phénomène monastique dans le thème Patrimoine n’était pas cohérente par rapport aux deux autres notices, et représentait un sujet plutôt transversal, concernant aussi bien des questions de géographie et transferts artistiques que de patrimoine monumental qui pourront être abordés dans des notices secondaires.

Voici donc la liste actuelle des notices structurantes de l’axe 7:

Géographie

Géographie artistique

Migrations des artistes

Circulation des modèles artistiques

L’Europe architecturale

Historiographie

L’Iconographie de l’Europe

Les expositions comme support de diffusion des connaissances

La fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art

Patrimoine

Les bibliothèques d’art en Europe

Musées et institutions artistiques

Le fait monumental

L’identité de l’artiste dans l’histoire européenne et internationale

                                 SORBONNE ecole doc

Journée doctorale en Histoire de l’art de l’Ecole Doctorale124 «Histoire de l’art et Archéologie» en partenariat avec le LabEx EHNE et avec la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art

« Lorsque l’Histoire de l’art s’attache à définir la production artistique d’une époque donnée, elle néglige parfois d’interroger l’artiste à travers son identité, son statut social et sa réception. Pourtant, la figure de l’artiste, au même titre que sa production artistique, est amenée à changer. Les vicissitudes de cette identité n’ont pas cessé d’être relevées à travers l’histoire, et encore aujourd’hui le contexte nous oblige à interroger cette identité.

En Histoire de l’art, l’implication de plusieurs acteurs dans la production de l’œuvre (artisan, amateur, architecte, commanditaire ou commissaire d’exposition) explique la diversité des approches mises en œuvre pour appréhender l’artiste. Dans quelle mesure l’étude de l’identité sociale de l’artiste encourage-t-elle l’historien de l’art à penser la production artistique de manière pluridisciplinaire,  mettant en critique l’artiste comme figure isolée ou omnipotente ?

Le statut de l’artiste s’impose selon des modalités symboliques, juridiques et économiques au cours de l’Histoire, car il entretient avec les structures dans lesquelles il s’insère des relations étroites et parfois conflictuelles, notamment en période de crise. Si cette notion prend une importance inédite avec l’avènement de l’atelier à la Renaissance, il est tout aussi important de s’interroger sur un modèle d’artiste/autre ou artisan, à d’autres époques et dans différents contextes sociaux.

Enfin, nous pourrons interroger l’identité de l’artiste et de son œuvre dans un contexte international et notamment en mettant à jour et en discutant la validité des catégorisations culturelles, géographiques et artistiques de l’exposition « modernités plurielles : la nouvelle géographie de l’art moderne de 1905 à 1970 » au Musée national d’Art Moderne, ou bien « The Short Century: Independence and Liberation Movements in Africa, 1945-1994 », au musée Villa Stuck, Munich, 2001. Avec l’art contemporain et l’avènement de la figure de l’artiste internationalisée (et non international), est-ce que nous n’assistons pas à l’émergence d’une œuvre artistique «déterritorialisée » sans filiation formelle, sans généalogie, et sans origine géographique? »

Ce texte, rédigé par Piyush Wadhera et Harold Hinsinger,  est extrait de l’appel à communication lancé aux doctorants de l’Ecole doctorale 124 « Histoire de l’art et Archéologie » de l’université de Paris IV la Sorbonne. L’axe 7 du Labex EHNE s’est en effet associé à l’ED 124 pour organiser sa « journée doctorale en Histoire de l’art », une journée d’étude annuelle lors de laquelle des doctorants de l’ED présentent des communications répondant à un thème précis. Cette année il est proposé aux doctorants d’interroger l’identité symbolique, sociale, politique et matérielle de l’artiste au cours de l’Histoire, une problématique élaborée par Piyush et Harold, eux-mêmes doctorants.

Le partenariat avec le Labex EHNE implique que les thèmes de l’axe 7 seront à l’honneur avec la mise en avant d’approches géographiques, historiographiques et patrimoniales. L’élaboration du sujet même de la journée est notamment lié à l’organisation en juin prochain du colloque « Aux origines de l’artiste dans l’Europe médiévale et moderne (1300-1600), artistes à la ville et artistes à la cour« , organisé par Philippe Lorentz et Dagmar Eichberger. Il faut noter également la participation de l’Institut National d’Histoire de l’Art à cette manifestation, et les intervenants traitant d’autres aires culturelles et géographiques et de problématiques internationales pourront se familiariser avec les activités scientifiques du domaine « Arts et architecture dans la mondialisation » du Département d’Etude et de Recherche de l’Institut, qui sera représenté lors de la journée par Mme Zahia Rahmani, chargée de mission.

D’autre part les contributions des doctorants s’inscrivant tout particulièrement dans les problématiques de l’axe 7 du Labex seront susceptibles d’être publiées sous la forme de notices secondaires de l’encyclopédie en ligne EHNE. L’intérêt est donc mutuel, avec d’une part l’opportunité d’impliquer les doctorants dans le Labex, qui participeront ainsi à la rédaction de l’encyclopédie et donc à la mise en œuvre et complétion du projet EHNE, et d’autre part la possibilité pour ces doctorants d’ajouter au nombre de leur publications, les notices de l’encyclopédie étant peer-reviewed, comme le sont les articles d’un journal scientifique classique.

Cette journée prendra place le 20 janvier prochain, en salle Perrot de l’INHA, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Appel à communication: « Critique d’art et nationalisme: Regards français sur l’art européen au XIXe siècle »

André Belloguet, L'Europe animale : physiologie comique composeé et dessinée sur les contours géographiques de l'Europe par A. Belloguet, Bruxelles, Imp. Vincent, 1882, lithographie, 53,5 x 77 cm; The Special Collections of the University of Amsterdam.
André Belloguet, L’Europe animale : physiologie comique composeé et dessinée sur les contours géographiques de l’Europe par A. Belloguet, Bruxelles, Imp. Vincent, 1882, lithographie, 53,5 x 77 cm; The Special Collections of the University of Amsterdam.

Dans le cadre du thème ‘historiographie’ de l’axe 7 du Labex EHNE, trois journées d’étude seront organisées par des doctorants du centre André Chastel. Les communications présentées lors de ces journées viendront alimenter l’encyclopédie thématique en ligne autour de l’une des notices structurantes de ce thème: ‘la fabrication du langage nationaliste dans l’histoire de l’art’.

La première de ces journées, intitulée ‘Critique d’art et nationalisme: Regards français sur l’art européen au XIXe siècle‘, prendra place les 18 avril et 19 avril 2014 à l’Institut national d’histoire de l’art (inha), Paris, et est organisée par Jonathan Levy et Carole Rabiller, doctorants, et Thierry Laugée, Maître de conférence en histoire de l’art contemporaine et membre du Centre Chastel. Ils présentent ainsi la thématique de cette journée:

« La critique est, en histoire de l’art, l’un des miroirs identitaires d’une nation, une conséquence d’un héritage façonné par les codes sociaux et culturels d’un pays. Elle repose sur des conventions qui lui sont propres, admises et acceptées, consciemment ou non, par ses auteurs et son public. Les textes de critique d’art français apprennent par conséquent tout autant sur la culture de l’observateur que sur celle de l’observé.

Cette journée d’étude vise ainsi à révéler les dimensions anthropologiques et politiques de la critique d’art française du xixe siècle. Il s’agira d’appréhender le discours sur l’art comme participation à la conscience collective de la spécificité d’une nation. Au travers des commentaires de salons, des comptes rendus d’expositions ou encore d’ouvrages d’histoire de l’art, il est attendu des intervenants qu’ils proposent des communications portant sur la question des « transferts culturels » européens, et leurs conséquences sur la construction et la diffusion des stéréotypes nationaux, culturels ou encore ethniques. Ce faisant, nous verrons s’il est possible d’analyser les supports et les logiques de mouvement ou de réappropriation entre deux espaces culturels définis : la France et le reste de l’Europe. L’étude des interactions artistiques entre ces différentes cultures et sociétés – ainsi que les fractions et les groupes qui les composent – dans leur dynamique historique, visera à rendre compte des conditions qui ont marqué leur déclenchement et leur construction. »

Vous trouverez ici l’appel à communication complet: Critique et Nationalisme

Histoire de l’art et Europe

La thématique du carnet est l’Histoire de l’art en relation avec l’Histoire de l’Europe du XIXe siècle à nos jours. Plus précisément il s’agira de thèmes liés à l’axe ‘Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen’ du LabEx EHNE ‘Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe’, projet réunissant des centres de recherche en histoire et en histoire de l’art dans le but notamment de publier une encyclopédie thématique en ligne sur l’histoire de l’Europe. C’est un des sept axes de recherche qui composent le LabEx, et est animé par le centre André Chastel, laboratoire de recherche en histoire de l’art. Trois thèmes principaux ont été définis : Géographie, Patrimoine et Historiographie. Autour de ces thèmes vont se développer des projets d’activités, de publications et d’articles de l’encyclopédie qui concerneront notamment: les processus de diffusion de l’art et de l’architecture en Europe ; les transferts artistiques; l’étude de concepts historiographiques, comme le rôle et l’utilisation – ou la manipulation – de l’histoire de l’art à différents moments de l’histoire européenne ; ou encore l’étude de l’art et de l’architecture comme patrimoine et le rôle de ce dernier dans la construction de l’Europe/des nations européennes. L’objectif n’est pas de couvrir de manière exhaustive tous les sujets relatifs à l’histoire de l’art européen, mais de produire quelques études originales et analytiques présentant une approche nouvelle de l’histoire de l’art en Europe, allant au-delà des récits nationaux.